The Dracula file :
from the pages of Scream !


Bande dessinée d’épouvante,
en anglais

Gerry Finley-Day, Simon Furman
et Eric Bradbury

1984

Rebellion


Durant la seconde guerre mondiale, un vampire originaire des Carpates réussit à passer à l’Ouest. Se faisant passer pour un transfuge, il est accueilli à Moxon Hall, une planque située en Angleterre. Ayant laissé derrière lui de nombreuses victimes portant des traces de morsures, le Colonel Stakis du KGB a découvert sa véritable nature. Stakis passe à l’Ouest pour pourchasser ce vampire qui n’est autre que Dracula…


Le magazine anglais « Scream ! » proposait des bandes dessinées d’épouvante toutes les semaines. 15 numéros parurent entre mars et juin 1984. Le recueil des éditions Rebellion, édité en 2017, regroupe toutes les histoires mettant en scène Dracula.


Dracula est doté d’une multitude de pouvoirs surnaturels : hypnose, transformation physique (notamment en loup), commande aux créatures de la nuit ainsi qu’aux éléments. Ses capacités physiques sont redoutables : régénération, insensibilité aux blessures par balles et force considérable. Il possède des crocs et des griffes acérés. Son teint est livide. Lorsqu’il se déplace, le vampire ne laisse aucune empreinte de pas. Dracula utilise un ou deux serviteurs pour assurer la sécurité de son repaire durant la journée ou pour se débarrasser des corps de ses victimes. Ces humains, plongés totalement sous son emprise mentale, sont esclaves de sa volonté.

Les vampires ne se reflètent pas dans les miroirs. Ils ne supportent pas la lumière du jour, l’ail et les objets religieux (eau bénite, croix, bible). Ils peuvent être détruits par un pieu ou des balles en argent. Dracula avait préalablement fait livrer en Angleterre un cercueil contenant de sa terre natale pour raviver ses forces.


Cette bande dessinée présente le vampire classique dans toute sa splendeur. Dracula, arrogant et cruel, se juge incontestablement supérieur aux mortels qu’il méprise. Cette interprétation de Dracula est identique à celle proposée par Marvel avec la série de comics « Tomb of Dracula ». Le style vieillot, très explicatif, pourra rebuter certains lecteurs. La plupart des récits sont répétitifs et mettent en scène Dracula partant chaque nuit en chasse afin de satisfaire sa soif de sang. J’ai apprécié le flashback en 1892 où Dracula est aux prises avec un chasseur de vampire. A noter que le mythe peut être contradictoire, car on peut apercevoir le reflet du vampire !