Voyage en Transylvanie
(Hunter’s moon)


Romance fantastique

Dawn Stewardson

1994

Harlequin, collection « Sixième sens »


Dani Patton, guide de voyage, se réveille avec la sensation d’un danger imminent. Entourée de gens hostiles, couchée sur une table, un inconnu brandit un pieu au-dessus d’elle… Dani accompagnait un groupe de touristes à Biertan dans les Carpates. La veille, la jeune femme s’était rendue au château de Ceistra peu avant sa fermeture. Ce château appartenait à ses ancêtres jusqu’au 19ème siècle. Dani se rappelle avoir lu un grimoire avant de perdre conscience… Karsten Nicholae intervient pour la sauver. Dani finit par comprendre que le jeune homme la prend pour son amie, Danica Radulesco, qui n’est autre que son ancêtre. Dani, piégée en 1850, apprend qu’elle va devoir attendre un mois avant d’accomplir le rituel pour revenir à son époque. De terribles rumeurs circulent sur des attaques de vampires dans la région. Ces croyances vivaces découlent-elles d’un mythe réel ou les crimes sont-ils ceux d’un tueur en série ?


Les croyances locales évoquent des morts-vivants actifs à toute heure du jour ou de la nuit. Le jour, leurs pouvoirs surnaturels sont fortement diminués. On leur prête toutes sortes de capacités : transformation physique (en chauve-souris, en loup ou en brouillard), hypnose, force accrue, vol. Les vampires doivent être invités pour entrer dans un lieu privé. Ils sont incapables de pénétrer dans les lieux saints. Ils craignent la croix et l’argent. Les vampires sont détruits par le rituel du pieu dans le cœur et de la décapitation. La victime, vidée de son sang et au seuil de la mort, qui ingurgite le sang d’un vampire, tombe en catalepsie. Trois jours plus tard, elle devient à son tour un mort-vivant.


Ce récit simpliste à un côté naïf, voire vieillot. Bien que l’auteur introduise un chasseur de vampire, le coupable est un faux-vampire.


Les vampires à l'eau de rose