La faim et la soif


Roman policier

Michaël Koudero

2019

Hugo Thriller


A Paris, Raphaël Bertignac, 48 ans et divorcé, nettoie des scènes de crime ou de suicide. Cet ancien journaliste regrette de ne pas voir sa fille qui vit aux Etats-Unis. Raphaël enquête peu à peu sur le suicide d’une jeune femme. Il retrouve chez elle des feuilles avec le mot « nosferatu » maintes fois répété. Raphaël se renseigne sur l’origine de ce terme signifiant vampire, non-mort, démon, voire Satan pour les Roumains. La victime a reçu une greffe de cornée en provenance du marché noir. L’enquête de Raphaël prend de l’ampleur et suit plusieurs pistes : la théorie de la mémoire cellulaire, le meurtre d’un jeune Roumain retrouvé mutilé et vidé de son sang, le spectre de la garde rapprochée de Ceaucescu, le cannibalisme ou encore la subculture des vampyres…


Michaël Koudero présente les vampyres, qui revendiquent leur marginalité via leurs crocs, leur look, leur vêtement et leur décorum. Pour certains vampyres, le sang est source de plaisir et de vigueur.


« La faim et la soif » regroupe une galerie de personnages névrosés et traumatisés. Victimes et bourreaux s’y mêlent dans un univers sombre et poisseux. J’ai apprécié le développement du personnage de Raphaël Bertignac, qui sombre corps et âme dans son enquête.