Vampire State Building


Bande-dessinée d'horreur,
tome 1

Ange et Patrick Renault, Charlie Adlard

2019

Soleil


Le soleil se couche sur l'Empire State Building. Au sommet, un groupe d'amis fête le départ de Terry pour l'Afghanistan. Mary, avait qui il sortait, est la fille du responsable des travaux de l’immeuble. Les ouvriers ont fait une découverte au 75ème étage. Une pièce recouverte d’anciennes peintures était dissimulée dans un pilier. Les touristes et les occupants du bâtiment sont loin de se douter que leur dernière heure est arrivée. Hibernant jusque-là dans ce local, un maître vampire s’est réveillé. Répondant à son appel, des dizaines de vampires investissent les lieux, vidant les mortels de leur sang. A l'extérieur, le FBI pense qu’une attaque terroriste est en cours…


Le deuxième et dernier tome est paru en novembre 2019.


Ces vampires sont membres de la Hamatsa, une ancienne secte amérindienne. Cannibales, ils suivirent des rites initiatiques censés les transformer en vampires. Ils vénèrent des dieux macabres, dont U'Tlun'Ta qui buvait le sang de ses victimes ou les transformait en esclaves. Les membres de la Hamatsa parlent une sorte de dialecte proche du Mohawk. Le corps du maître vampire est dissimulé en terre indienne depuis un millénaire et son emplacement à changer au fil des siècles. Selon un cycle sacré, son corps doit résider le plus haut possible dans le ciel.

Ces vampires ne sont pas sujets au vertige et ils sont insensibles aux blessures par balle. Leur apparence est inhumaine : crocs saillants, yeux rouges, griffes, peau livide ou grisâtre. Ils disposent de capacités physiques supérieures : sens accrus, sauts, force, vitesse, nyctalopie. Ils craignent particulièrement le feu.


Bien que l’origine de ces vampires sorte de l’ordinaire de la production (une mythologie amérindienne), cette BD est assez décevante. Le scénario ne m’a pas emballée, tout comme le style de dessin ou les personnages. A vérifier à la lecture du second tome…