Cérémonie sanglante
(Ceremonia sangrienta)


Film d'épouvante

Jorge Grau

1973

Espartaco Santoni, Lucia Bosé,
Ewa Aulin


1807, Cajlice en Europe centrale : Un jeune homme nu, monté sur un cheval blanc, parcourt le cimetière. Selon les croyances, il peut ainsi découvrir la tombe du vampire Pedro Plojovitz. Le maire Karl Ziemmer assiste d'un œil amusé au procès pour vampirisme... Erzebeth Bathory, la femme de Karl se sent délaissée. Elle craint que son mari ne lui préfère des villageoises, plus jeunes et plus belles. Obsédée par la beauté et la fraicheur de sa peau, Erzebeth découvre que le sang d'une de ses servantes ravive sa jeunesse. Karl va participer avec un plaisir pervers au recrutement et à la mise à mort de ses victimes...


Jorge Grau est le réalisateur et scénariste du film. Cette édition de 2019, parue chez Artus Films, comprend un livret de 64 pages de Didier Lefèvre, intitulé "La comtesse et les vierges" ainsi que le documentaire "Le château de sang" d'Alain Petit.


Dans les croyances de la région, les vampires attaquent en premier lieu leurs proches. Un magistrat supervise un procès contre le présumé vampire. Le corps du défunt est exposé durant le jugement. Pour assurer sa destruction, il convient de lui transpercer la poitrine d'un pieu, de le décapiter, de le brûler puis de disperser ses cendres dans une rivière. Pour se protéger des vampires, certains villageois confectionnent un pain imbibé de sang de vampire. Il convient de faire trois fois le signe de croix avant de le pétrir avec ses cendres.

Erzebeth Bathory apprend de sa confidente qu'une de ses ancêtres avait conservée sa beauté grâce à des bains de sang de vierges.


Le scénario de "Cérémonie sanglante" mêle différents aspects du mythe : le vampire folklorique (moyens de protection et de détection des vampires, l'épidémie vampirique, le procès et la destruction d’un présumé vampire) et le vampire historique (Erzebeth Bathory - ici sa descendante). Le décorum, la photographie et l'ambiance sont dignes des meilleurs films gothiques. Mentions spéciales au traitement original du personnage de Bathory et à l'interprétation mélancolique de l'actrice Lucia Bosé.

Erzsébet Bathory