Les dernières gouttes de sang


Bande dessinée d’épouvante

1974

Elvifrance


Thomas Morel vit en banlieue parisienne dans un monde en ruine. A la suite d’une épidémie, les humains furent transformés en vampires. Seul depuis des années, Thomas Morel se calfeutre chez lui à la nuit tombée. Le jour, il quitte sa villa pour aller se ravitailler et détruire tous les vampires qu’il croise.


Cette bande dessinée, parue en n° 2 dans la Série Jaune d’Elvifrance, est plagiat du roman « Je suis une légende » de Richard Matheson.


A la suite d’une épidémie mondiale, les humains furent transformés en vampires. Thomas Morel pense avoir été immunisé à la suite d’une morsure de chauve-souris vampire durant un de ses voyages. Les victimes contaminées s’affaiblissent rapidement jusqu’à leur dernier souffle. Les vampires ne supportent pas la lumière du jour, et possèdent des crocs effilés. Pour les tenir à distance, Thomas Morel utilise des croix et de l’ail. Ils sont détruits par un pieu fiché dans la poitrine. Leur corps se décompose alors rapidement.

Thomas Morel va rencontrer des vampires diurnes qui ont évolués. Ils supportent la lumière du jour, tandis que les croix et l’ail ne leur font plus aucun effet. Depuis la disparition des humains, les vampires diurnes se nourrissent de sang synthétique.


Un Elvifrance de qualité, qui suit assez fidèlement le roman de 1954 « Je suis une légende », de Richard Matheson. Un bon moment de lecture.


Je suis une légende