Carmilla,
la femme vampire


Pièce de théâtre

La Compagnie des Framboisiers

2016

Delphine Thelliez et Emmeline Naert


Au 19ème siècle, Laura vit avec son père dans un château au fin fond de la Styrie. A six and, elle fit un rêve qui bouleversa sa vie. Bien que son rêve se termina dans la douleur, elle garde depuis à l’esprit le visage attirant de la femme qui vint lui rendre visite en songe. Un accident de calèche vient troubler la tranquillité des châtelains. La belle Carmilla est confiée à leurs soins. Laura et Carmilla, ayant rêvé toutes les deux l’une de l’autre, décident de devenir amies. L’humeur de Carmilla, qui refuse de sortir en plein jour, alterne entre des épisodes léthargiques et passionnés. Laura lui demande sans succès de lui parler d’elle…


Cette pièce de théâtre, adaptée du roman éponyme de Sheridan Le Fanu, est jouée tous les jeudis du 2 mars au 2 mai 2016 au Théo Théâtre (Paris 15ème).


Carmilla est une vampire, transformée 150 ans plus tôt. La transformation en vampire s’effectue par un échange de sang. Depuis, Carmilla se nourrit du sang de jeunes filles. Ses victimes s’affaiblissent et meurent au bout d’une semaine. Elles éprouvent une sensation d’étranglement puis une forte douleur comme si deux aiguilles étaient enfoncées dans leur poitrine.

Carmilla descend de la lignée des Karnstein, une puissante et riche famille de Styrie. La vampire prétexte une allergie au soleil pour garder la chambre durant la journée. Elle ne sort qu’une fois la nuit tombée. Elle ne supporte pas les chants et les pleurs qui accompagnent les enterrements. Carmilla se distingue par son absence de reflet, sa peau pâle et ses dents fines et pointues. Les vampires sont détruits par un pieu fiché dans le cœur.


Cette pièce de théâtre est une adaptation réussie de l’œuvre de Le Fanu. L’équipe a apporté quelques modifications, notamment lors du dénouement. Ce n’est plus le Général Spieldorf qui met fin à l’existence de Carmilla mais Laura elle-même. Laura n’est pas sauvée de son funeste sort mais finit transformée en vampire. Certains dialogues préenregistrés, par le biais desquels les deux comédiennes interagissent avec les personnages annexes (l’accident de calèche, le bal de Carmilla, les voix qui guident Laura, le journal d’une victime), sont hélas parfois inaudibles.


Carmilla