Devil’s line


Manga d’action horrifique,
tomes 1 à 2

Ryo Hanada

2013

Kana


A Tokyo, une affaire de vampire meurtrier accapare la police. De nombreux cadavres de jeunes femmes, vidés de leur sang, ont été découverts. L’ami de Tsukasa, soupçonné d’être le responsable, est arrêté par l’agent Anzai. Anzai, qui se révèle être un demi-vampire, goûte au sang de Tsukasa. Il ne cesse de penser à elle…


Cette série comprend cinq volumes.


Les vampires sont également surnommés les démons. Anzai est agent de police dans une unité spéciale (la 5ème section de la sécurité publique) chargée de surveiller et d’emprisonner les vampires soupçonnés de crimes. La police, ainsi que certaines organisations administratives, tiennent un registre des vampires. Ces derniers représentent 0.01% de la population au Japon. Le seul moyen d’éliminer un vampire est de lui endommager la tête. Les agents de la 5ème section utilisent des anesthésiants pour les immobiliser.

L’adrénaline, la colère, le désir sexuel ainsi que la vue et l’odeur du sang réveillent la soif de sang des vampires. Il leur est alors quasiment impossible de la refreiner. Le visage d’un vampire en manque de sang est émacié. Sous l’effet de la soif, leurs yeux deviennent rouges et leurs crocs sortent. Ils disposent également de griffes rétractables. La température corporelle des vampires est plus basse d’une dizaine de degrés que celle des humains. Les vampires se caractérisent par leurs capacités physiques accrues : force, vitesse et sens. Le sang humain guérit rapidement leurs blessures.

Les mariages entre humains et vampires viennent d’être acceptés au Japon. Les relations sexuelles doivent toutefois rester sous surveillance, pour la sécurité du partenaire humain.

Les demi-vampires sont rares. Hans Ri, un demi-vampire comme Anzai, a appris à maîtriser sa soif de sang. Il boit de petites quantités de sang, fournit par ses donneurs, deux fois par jour.


Ce début d’histoire, qui mélange les genres, est attractif. Je ne peux relever que quelques points négatifs. Certains traits de visages (notamment dans le premier tome) sont parfois approximatifs. La mythologie concernant l’espérance de vie des vampires qui serait réduite mériterait quelques éclaircissements.