Gothic :
La culture des ténèbres
(Goth Chic : A Connoisseur's
Guide To Dark Culture)


Etude

Gavin Baddeley

2002

Denoël


Le mode de vie gothique est plus qu'une image. Il permet de sortir de la normalité et de l'ennui par des expériences parfois extrêmes. Subversion, réinvention, interdits, sexe, mort et mystères caractérisent le mouvement gothique. Les créatures ténébreuses, fascinantes et repoussantes peuplent son imagerie. Le vampire est une icône majeure de cette culture. Gavin Baddeley décrypte ici les grandes époques gothiques : des écrivains du 18ème siècle à l'émergence de la scène goth, avec les groupes musicaux des années 80.


En 2009, Gavin Baddeley a publié l'étude " Vampire lovers ".


Le Fanu, auteur de la nouvelle " Carmilla " de 1871 fut un des pionniers du courant littéraire gothique. En 1897, avec " Dracula ", Bram Stoker éleva le vampire au rang de mythe moderne.

Au cinéma, les " films à frissons " se développèrent en Allemagne à l'issue de la Première Guerre Mondiale. Theda Bara " vampirise " Hollywood grâce à son image de femme fatale et un décorum macabre. En 1914, elle joue la vamp dans le film " Embrasse-moi idiot ", également intitulé " La vampire ", tiré du poème éponyme de Rudyard Kipling. En 1922, " Nosferatu " est le premier film de vampire important. Lon Chaney explorait souvent les thèmes gothiques avec notamment le film " London after midnight " de 1927 de Tod Browning (qui en dirigera le remake " La marque du vampire ", en 1935 avec Bela Lugosi). Dans les années 1920, Bela Lugosi est une star au théâtre en incarnant le Comte Dracula. Universal s'empare sans tarder des monstres classiques : Dracula, Frankenstein et le loup-garou.

Au 20ème siècle, les Pulps succèdent aux romans feuilletons. Les récits horrifiques seront illustrés en bande dessinées, notamment avec la firme E.C. Entertaining Comics (qui publia " Les contes de la crypte ", " Vault of Horror ", " Haunt of Fear "). Dans les années 60, les BD d'horreur sortent en grand format pour contourner la censure avec l'éditeur Warren Publications (" Famous Monsters of Filmland ", " Creepy ", " Eery ", " Vampirella ").

Dans les années 50, les films " psychobilly " à petit budget ciblent le public - adolescent et peu exigeant - des drive-in. La présentatrice télé Vampira devient très populaire dans la région de Los Angeles. Son personnage est un archétype goth, dégageant un sex-appeal nécrophile. Des familles dysfonctionnelles (la famille Addams et les Munsters) montrent des créatures gothiques agissant comme tout le monde. Dans les pays anglo-saxons, le vampire Barnabas Collins est la star du soap-opéra gothique " Dark Shadows ".

En 1954, Richard Matheson propose une version modernisée du mythe des vampires, avec le roman " Je suis une légende ". Vincent Price s'illustre dans des rôles sinistres. Le studio Hammer films devient un des leaders mondiaux de l'épouvante gothique en reprenant les monstres classiques d'Universal.

En 1976, avec son roman " Entretien avec un vampire " Anne Rice change l'approche du vampirisme, rendant ces antihéros fascinants. Elle propose un univers gothique édulcoré.

Dans les années 80, l'horreur fait son apparition chez les éditeurs de poche. Les comédies d'horreur, films de zombies et slashers envahissent le marché de la vidéo. L'antihéros est un nouveau filon à exploiter.

Le jeu de rôle " Vampire la Mascarade " aura un impact important dans le milieu des vampyres.


Cette étude offre un panorama très complet du mouvement gothique dans les médias, avec notamment les personnalités marquantes et leurs œuvres de référence. L'étude est accompagnée de nombreuses illustrations bien choisies.


Vampire lovers