Dracula


Etude

Jean Marigny

1997

Autrement


A l'occasion du centenaire du roman " Dracula " de Stoker, Jean Marigny dirige cette étude où le personnage de Dracula tient la place centrale.

L'ouvrage contient les articles suivants :
- Un vampire qui renaît de ses cendres (Jean Marigny)
- Vade retro, Dracula ! (Jacques Finné)
- L'écran noir de nos terreurs (Gilles Menegaldo)
- Si la chair n'est plus faible (Jean-Claude Aguerre)

Le vampire Dracula est une figure emblématique qui a gagné une notoriété internationale. Dracula et ses cohortes vampiriques sont exploités dans tous les médias, pour tous les publics et dans de nombreux genres. Cette étude présente l'évolution de Dracula depuis Stoker par décennies. Personnage paradoxal, aux mille facettes, ce vampire inspire la fascination et la répulsion. Il cristallise nos désirs, nos craintes et nos obsessions.


Cet ouvrage fait partie de la collection " Figures mythiques ". Il contient une bibliographie, une filmographie ainsi que la biographie des auteurs.

Jean Marigny, ancien professeur de littérature anglo-saxonne, a publié plusieurs ouvrages sur les vampires, sujet qu'il affectionne : " Histoires anglo-saxonnes de vampires " de 1978, " Le vampire dans la littérature anglo-saxonne " de 1985, " Sang pour sang : le réveil des vampires " de 1993, " Le vampire dans la littérature du 20ème siècle " de 2003, " Dracula, prince des ténèbres " de 2009, "La fascination des vampires" de 2009 et "Vampires : de la légende au mythe moderne" de 2011.

Jacques Finné est spécialiste du fantastique, auteur, anthologiste et traducteur. Il a publié plusieurs anthologies sur les vampires : " Trois saigneurs de la nuit " en trois tomes en 1986 et " Les femmes vampires " en 2010 ainsi que l'étude " La bibliographie de Dracula " en 1986.


Les vampires eurent du succès sous l'ère victorienne, dans toute l'Europe, notamment avec des adaptations théâtrale et des opéras. Le public du 19ème siècle était particulièrement friand des romans gothiques, des ghost stories et autres penny dreadful. Avec " Dracula ", Bram Stoker apporta une certaine modernité, grâce à l'utilisation de techniques scientifiques et médicales ainsi que d'héroïnes assez libérées. Concernant la mythologie vampirique, Stoker inventa notamment l'absence de reflet du vampire et son besoin d'être invité pour pouvoir entrer dans un lieu privé. Dracula incarne la domination, l'étranger et le mal absolu qui doit absolument être mis hors d'état de nuire. Les allusions érotiques détonnent par rapport à l'hypocrisie sociale caractéristique de cette époque victorienne.

Dès 1924, Hamilton Deane adapte le roman au théâtre avec succès. Une tournée est même organisée en Amérique. Bela Lugosi incarne le Comte Dracula dès 1927. Dans les années 50, les vampires sont exploités dans les Pulps, des revues bon marché. Les mauvais aspects des vampires disparaissent avec les séries télé " The munsters " qui débute en 1964 et " Dark Shadows " en 1966. Le vampire devient désormais un héros, familier du public américain. Dans les années 70, le vampire entre dans la littérature jeunesse. Les jeunes américains découvrent le Count Von Count de l'émission " Sesame Street ". En 1976, Anne Rice les rend capables d'aimer et de souffrir. Les vampires sont en déclin dans les années 80 jusqu'au renouveau lancé par le " Dracula " de Coppola en 1992.

Comme les pécheurs étaient censés devenir des vampires, les populations devaient rester sur les sentiers de la sainteté. Jacques Finné étudie le rôle de l'église, qui resta en retrait face aux pratiques d'exhumation de prétendus vampires. L'église finit par interdire ces pratiques superstitieuses.

Dans son article, Gilles Menegaldo analyse le vampire au cinéma. De gothic villain, le vampire devint un séducteur. Cette figure ambivalente inspire attirance et répulsion. Il sert de support à nos fantasmes et à nos peurs. Avec ses pouvoirs exceptionnels, le vampire n'a aucun mal à transgresser les limites. Entouré de rats, Nosferatu propage la peste. Son aspect monstrueux, voire tragique, peut inspirer la pitié. Dans son interprétation de Dracula, Bela Lugosi hypnotisait ses proies à distance. L'acteur Christopher Lee fait preuve d'une brutalité conquérante, véritable prédateur sexuel à l'écran. Le vampire se dote pour la première fois de crocs à l'écran en 1958 avec le film " Le cauchemar de Dracula ". Dracula devient un héros romantique avec l'adaptation de Dan Curtis, qui fut l'un des premiers à introduire des motivations psychologiques et à humaniser le vampire. Les acteurs Jack Palance et Frank Langella apportent une vision positive du vampire. Coppola montre l'ubiquité de Dracula, notamment son influence dans de nombreux plans où il n'est pas présent. Le réalisateur a choisi une approche plus intime du vampire.

Jean-Claude Aguerre étudie le vampire d'un point de vue psychanalytique. Il revient également sur ses symboles et ses caractéristiques.


Cet ouvrage retrace l'évolution du vampire Dracula, véritable mythe des temps modernes, selon les époques. D'un mort-vivant repoussant, il s'est humanisé pour devenir séduisant, perdant au passage sa dimension fantastique et inquiétante. L'étude liste également les différents interprètes de Dracula au cinéma. J'ai particulièrement apprécié les articles de Jean Marigny et de Gilles Menegaldo.


Dracula

Bibliographie de Dracula, la
Dracula le vampire, prince des ténèbres
La fascination des vampires
Sang pour sang : le réveil des vampires
Vampire dans la littérature du XX siècle, le
Vampires : de la légende au mythe moderne
Vampiriquement vôtre

Les acteurs célèbres
Bram Stoker

Le studio de la Hammer
Universal Pictures