Le passage
Passage 1
(The passage)


Roman fantastique

Justin Cronin

2010

Pocket


En Bolivie, une expédition scientifique est attaquée par des nuées de chauves-souris. Un virus, récupéré sur les lieux, donne à ses hôtes des facultés de régénération cellulaire extraordinaires. Un laboratoire ultrasecret est chargé de le tester sur des cobayes humains. Wolfgast, agent du FBI, s'occupe d'amener des condamnés à mort pour ce projet spécial, nommé Noé. Wolfgast décide de s'enfuir avec sa nouvelle cible, une fillette exceptionnellement intelligente. Alors que les cobayes s'échappent du laboratoire, le massacre ne fait que commencer. Une véritable épidémie plonge les Etats-Unis en état d'alerte maximale… Près d'une centaine d'années plus tard, les rares survivants sont retranchés dans des colonies de fortune. Leur unique protection est la lumière qui maintient les créatures à distance. La moindre brèche peut être fatale…

Une suite intitulée " Les douze " est parue en 2012.


Les douze furent issus d'expériences menées en laboratoire (ils étaient alors surnommés " les fluos "). Au fil du temps, ils eurent de nombreux surnoms : les démons, les jets, les flips, les buvs, les fums, etc. Ces êtres vampiriques se déplacent dans l'ombre en quête de sang frais. Nyctalopes, ils disposent de capacités physiques hors norme : force, vitesse, résistance, bonds, sens accrus. Ils attaquent leurs proies à l'aide de leurs mains griffues et de leurs dents tranchantes. Les douze communiquent par télépathie. Ils contaminent leurs proies ainsi que les humains qui les côtoient. Le virus a également transformé leur peau en un exosquelette à base de protéines. Leur zone vulnérable est la poitrine. Exposés aux lumières vives, ils sont particulièrement désorientés et affaiblis.

Les premiers symptômes de la contamination sont des vertiges, des vomissements et de fortes fièvres, ainsi qu'un accroissement de la force physique. Les contaminés deviennent également très agressifs et tiennent des propos incohérents. Leurs doigts s'allongent pour devenir des griffes. Leur tête peut pivoter dans toutes les directions.


Il faut être particulièrement motivé pour venir au bout de ces 1200 pages… Les lecteurs souhaitant un style percutant passeront leur tour ! Ce roman propose une galerie interminable de personnages, chacun ayant droit à sa description et au résumé superflu de son histoire. " Le passage " comprend également des extraits de journaux intimes. Le récit étant découpé en parties bien distinctes, j'ai préféré suivre les aventures de Wolfgast. La plus grande section décrit un monde post-apocalyptique classique où les humains tentent de survivre aux zombies… qui sont ici des vampires.