Vampire à sang pour sang
Detectivarium 18


Roman policier

Pierre Meige

2013

Editions du bout de la rue


Durant son enfance, Guillaume Delange perdit ses parents dans un incendie criminel. Il fit alors le vœu de devenir enquêteur. Adolescent, Guillaume découvrit un objet qui bouleversa son existence : une mystérieuse calculatrice contenant un ange nommé Mikajoh. Guillaume communique avec Mikajoh par télépathie. Le jeune homme ouvrit son agence de détective avec sa femme Lorette… Lors d'une soirée tranquille à Royan, Guillaume commence à lire un ouvrage déniché dans une brocante. Le livre est le journal intime du Comte Vladimir, vampire de la dynastie des Drakul, originaire des Carpates. Le Comte a laissé partir son fils Bela, particulièrement attiré par le monde moderne des humains. Vladimir finit par s'indigner de l'image ridicule des vampires actuels et ordonne à son fils de défendre leur illustre lignée. Le lendemain, Guillaume est contacté par un producteur de spectacles pour une enquête. La vedette masculine de sa nouvelle comédie musicale " Dracula le retour " a été assassinée. Le corps a été découvert vidé de son sang, avec des traces de morsures au cou…

La collection " Detectivarium " comprend un autre tome vampirique : le tome 16 intitulé " Le vampire de la Roche " écrit par Jean-François Maillet et paru en 2012.


Les vampires se distinguent par une peau pâle, des crocs et des griffes rétractables. Leurs yeux prennent une teinte rouge sous le signe de la colère ou de la soif de sang. Les vampires disposent également de dons surnaturels comme la télépathie et le contrôle mental de leurs proies. Doués de sens accrus, les vampires peuvent également voler. Ces créatures nocturnes ne supportent pas la lumière du jour qui les brûle. Les vampires modernes ne craignent plus forcément les protections traditionnelles. Ils sont réduits en poussière par une balle en argent tirée en pleine tête ou par un pieu fiché en pleine poitrine.

La lignée des Drakul lutta contre les envahisseurs Turcs. Ils acceptèrent de protéger les villageois humains en échange de leur sang. Vlad Drakul devint un vampire lors d'un pacte avec Belzébuth, où il renia sa foi en Dieu.


L'idée du journal des vampires qui se met à jour en temps réel est particulièrement embrouillée. Même si l'enquête se révèle intéressante, de nombreux points ont gâché ma lecture. Le style de l'auteur mériterait plus de simplicité. Les dialogues et les expressions ampoulées ne me semblent pas crédibles une seule seconde. Je n'ai pas du tout apprécié les réflexions et le caractère, très négatifs et moralistes, du héros (ou peut-être de l'auteur ?). Enfin pour clore cette liste des défauts, le glossaire en fin de volume comprend de nombreuses erreurs : les dates de Stoker (1799-1876 !?!) ; Ceaucescu qui aurait soi-disant remis Dracula à l'honneur pour attirer les touristes (c'était plutôt le contraire : il privilégia la modernité avant tout, au détriment des traditions et des superstitions) ; ou encore les succubes qui seraient… des vampires exclusivement féminins au Japon !