Shi Ki


Manga d'horreur, tomes 1 à 11

Fuyumi Ono et Ryu Fujisaki

2007

Kazé


Dans les années 90, la tranquillité du village de Sotoba est bouleversée. Des statuettes sacrées et des stèles ont été brisées. Une nouvelle famille, les Kirishiki, s'installe dans le château de style oriental qui surplombe le village. L'arrivée en pleine nuit de ce couple élégant et de leur fillette fait jaser. Seishin, l'héritier du temple local, découvre une famille décimée. Toshio, son ami d'enfance et directeur de la clinique, ne parvient pas à déterminer la cause des décès. Les membres de cette famille semblent avoir souffert d'anémie. Peu de temps après, Megumi, une jeune fille du village, est portée disparue. Selon les témoignages, elle se rendait au château. Retrouvée à demi inconsciente dans la forêt, la jeune fille a subi un choc hémorragique, bien que son corps ne porte aucune blessure. De simples éraflures et des piqûres d'insectes ne justifient pas cette perte de sang. Megumi meurt quelques jours plus tard. Devant les décès qui se succèdent, Toshio craint que le village soit la proie d'une épidémie. Quant à Seishin, il découvre que les proches des défunts ont déménagé en pleine nuit. Les victimes, qui travaillaient en dehors du village, ont subitement donné leur démission. Natsuno récemment installé au village avec ses parents, a l'étrange impression d'être encore épié par Megumi qui avait un faible pour lui. Il décide d'en avoir le cœur net et d'ouvrir la tombe de la défunte…

Ce manga, qui comprend onze tomes, est adapté du roman " Shi Ki " de Fuyumi Ono, publié en 1998. Une série animée (composée de 22 épisodes de 25 minutes) a été réalisée en 2010.


Les vampires, également surnommés les shi ki, se nourrissent exclusivement de sang humain. Ils attaquent leurs proies en pleine nuit et sucent leur sang au moins à quatre reprises. Seule une minorité de leurs victimes se transforme en vampire après leur mort. En manipulant l'esprit de leurs proies, les vampires leur font oublier leur attaque. Ils sont également capables de les appeler à distance par télépathie. Pour pouvoir pénétrer dans un lieu privé, les vampires doivent être invités.

Les nouveaux shi ki sont pris en charge par leurs pairs. A leur réveil, ils se nourrissent du sang de deux à trois humains enlevés en ville. Par la suite, ils ont pour consignes de contaminer leurs proches. Une proie humaine obéit au vampire qui l'a mordu en premier. Ces esclaves humains restent sous leur emprise pendant cinq jours.

Pendant la journée, les vampires sont plongés dans une léthargie incapacitante. Ils se distinguent par leurs crocs rétractables, leurs ongles pointus et leur peau glacée. Nyctalopes, les vampires disposent également de sens accrus. Ils n'ont plus besoin de respirer et sont immunisés contre les maladies. Les vampires sont détruits par l'exposition au soleil (qui les réduit en cendres), par un pieu fiché dans le cœur, par endommagement de la tête ou par décapitation. Les shi ki ne supportent pas les objets sacrés, les lieux saints et le son des cloches.

Les Kirishiki sont assistés d'un shi ki lycanthrope capable de rester éveillé durant la journée et de sortir en plein jour. Cette variété très rare de shi ki dispose de sens décuplés ainsi que d'une force accrue. N'étant pas morts comme les autres shi ki, ils continent à respirer et à manger.


Le tout début de la série est plutôt difficile d'accès, notamment par son accumulation de personnages. Malgré une esthétique rédhibitoire (visages déformés et arrière-plans de mauvaise qualité), " Shi Ki " se démarque par son ambiance horrifique réussie. Le suspense est mené crescendo au fil de cette épidémie exponentielle. La deuxième moitié de la série détaille la lutte des survivants, menée par le médecin du village, ainsi que les motivations de la famille Kirishiki.