Bram Stoker's Dracula


Bande dessinée d'épouvante

Fernando Fernandez

1982

Del Rey Books


Jonathan Harker se rend dans une région reculée des Carpates pour un voyage d'affaires. L'anglais reste sceptique face aux villageois superstitieux qu'il rencontre. Il éprouve rapidement un profond mal-être entre les murs du château de son client, le Comte Dracula. Avec effroi et répulsion, Jonathan Harker découvre qu'il est prisonnier d'un hôte monstrueux… En Angleterre, Mina Murray - la fiancée de Jonathan - rend visite à sa grande amie, Lucy Westenra. La tranquillité du petit village de Whitby est bouleversée par un étrange naufrage. Lucy ne tarde pas à souffrir de crises de somnambulisme. Devant la gravité de ces crises et de sa faiblesse inexpliquée, le Docteur Seward fait appel à son confrère, le Professeur Van Helsing…

Cette bande dessinée avait initialement été diffusée en 1982 pour la version espagnole de la revue " Creepy ". Traduite en français, elle avait connu en 1983 une prépublication dans la revue " Fantastique ".


Dans les Carpates, les vampires sont également désignés sous le terme de vrolok. Durant la journée, ces créatures immortelles se reposent dans un cercueil contenant une couche de leur terre natale. Les vampires subsistent uniquement en buvant du sang. Ayant bu le sang de la jeune Lucy, Dracula rajeunit considérablement. Après avoir été mordues et avoir bu le sang de Dracula, ses victimes deviennent, à leur mort, des vampires. Les marques de morsure du vampire disparaissent alors. Dracula règne en maître sur ses proies féminines. Les vampires établissent un lien télépathique.

D'une force considérable et d'une intelligence démoniaque, Dracula dispose également de connaissances en magie noire. Il est capable d'hypnotiser ses victimes, d'influencer la météo, de commander aux rats, aux loups et aux chauves-souris. Le vampire peut également prendre leur apparence, se transformer en brume, changer à volonté sa taille et grimper aux murs comme un lézard. Jonathan Harker remarque que le Comte Dracula a une peau glacée, des paumes poilues, une haleine putride et des crocs effilés. Sous l'emprise de la colère et de la soif de sang, ses yeux se teintent d'une lueur rouge. Les vampires n'ont ni reflet ni ombre. Ils ne supportent pas les miroirs, les objets religieux (comme les croix, l'eau bénite et les hosties), les fleurs d'ail et les branches de rosiers sauvages. Van Helsing dispose d'un rituel pour les détruire : leur planter un pieu dans le cœur, les décapiter et garnir leur bouche de gousses d'ail. Alors, même les plus anciens vampires tombent rapidement en poussière.


L'œuvre de Fernandez est techniquement impressionnante, avec une succession de peintures remarquables. Fidèle au roman de Bram Stoker, Dracula y est présenté comme un être maléfique et dominateur. Malgré la qualité de ses dessins, cette BD très classique - et trop bavarde - m'a laissée plutôt indifférente.


Dracula