La floraison
Rose morte 1


Roman fantastique

Céline Landressie

2012

Les éditions de l'Homme Sans Nom


En 1570, les parents de Rose ont quitté l'Angleterre pour la France. Lord Greer est bien décidé à marier sa fille, âgée de vingt huit ans. Rose a cependant toujours décliné les offres de mariage. Un banquet organisé à Paris lui permettra de rencontrer son nouveau parti. Fortement éprise de sa liberté, la jeune femme met en place un plan pour échapper à cette promesse de mariage. Une nuit, elle surprend son père en conversation avec un inconnu. Sur le bureau de son père, Rose feuillette un étrange carnet rempli de codes indéchiffrables. Lors du bal, l'intervention du séduisant Comte Artus de Janlys lui permet d'éloigner sans effort son prétendant. La hardiesse du Comte éveille l'intérêt de Rose. Dans la salle de bal, les discussions tournent autour de meurtres attribués à des bêtes sauvages…

Un deuxième tome est prévu en 2013.


Artus explique à Rose que les vampires ont eu de nombreuses appellations comme incubes, draugrs, stryges ou encore lucifuges. Les vampires disposent de crocs rétractables et d'une salive cicatrisante. Sous l'emprise de la colère, leurs yeux deviennent luminescents. Nyctalopes, ils possèdent des capacités physiques accrues : force, vitesse, cicatrisation. Immortels et immunisés contre les maladies, ils se nourrissent uniquement de sang. Les morsures entre vampires sont taboues.

Les vampires ne supportent pas la lumière du jour qui peut leur être fatale. Les brûlures causées par une exposition au soleil sont particulièrement difficiles à guérir. Les vampires éprouvent une grande lassitude à l'approche de l'aurore. Ils guérissent facilement de blessures mortelles même si la perte de sang massive les affaiblit. La meilleure façon de détruire un vampire est la décapitation.

Les vampires sont souvent accompagnés de demi vampires qui assurent leur protection durant la journée. Adelphe, le frère cadet d'Artus, s'occupe ainsi des affaires du Comte. Les demi vampires supportent sans dommage les rayons du soleil. Ils continuent à manger mais doivent régulièrement boire le sang de leur maître pour continuer à vivre.

Les vampires sont organisés en cinq maisons issues d'une même famille. Chacune dispose d'une odeur spécifique que les mortels ne perçoivent pas. Très hiérarchisées, les maisons sont dirigées par leur Héritier dont l'identité est conservée secrète. Les membres d'une même maison peuvent communiquer par télépathie. La maison du Comte Artus de Janlys est celle des Arimath. Les jeunes vampires, nommés les infants, doivent apprendre à maîtriser leurs instincts de prédateurs.

Les vampires disposent d'un pouvoir d'hypnose sur les mortels. Certains vampires possèdent un talent particulier (comme Artus et son don divinatoire), signe d'une haute génération. Les maisons sont sans cesse tiraillées entre les luttes d'influence et celles de territoire. Les vampires ne doivent en aucun cas dévoiler leurs forces ou leurs faiblesses aux vampires d'autres maisons. Les lamies sont des vampires, solitaires et bestiaux, qui détestent les autres espèces.


Le style particulièrement fluide de l'auteur rend la lecture agréable. Ce roman historico fantastique propose une ambiance intéressante, entre guerre de religion, romantisme et mystères. Ce premier tome est un récit en deux parties bien distinctes. La première, centrée sur la vie de l'héroïne, se rapproche d'une romance. Dans la seconde, l'intrigue plonge résolument dans le fantastique et l'action, avec des vampires classiques. Céline Landressie a su déployer un scénario accrocheur tout au long de son roman.