Notre vénérée chérie
(Burnt offerings)


Roman d'épouvante

Robert Marasco

1973

Presses Pocket


Durant l'été, la famille Rolfe (Ben, Marian, leur fils David et tante Elizabeth), quitte New York pour la fraîcheur de la campagne. Sous l'insistance de Marian, Ben accepte de louer, pour la saison, l'imposante résidence des Allardyce. Le tarif est plus que raisonnable. Marian accepte d'apporter un plateau repas, trois fois par jour, dans le salon du haut. Madame Allardyce, l'aïeule de la famille, est une vieille femme qui ne sort plus de sa chambre. Tandis que Ben, David et tante Elizabeth profitent des vacances et explorent la maison, Marian passe de plus en plus de temps à entretenir la maison. Elle oublie ses soucis dans le petit salon attenant à la chambre toujours fermée à clé…

Ce roman a fidèlement été adapté au cinéma en 1976 par Dan Curtis, sous le titre français de " Trauma ".

La maison des Allardyce est immortelle. Elle ravive ses forces et se restaure toute seule au prix de la vie de ses locataires. Lorsque Marian commence à se poser des questions, la maison lui offre de nouvelles occupations notamment la découverte de nouveaux objets d'art ou de meubles de prix. Marian éprouve souvent un engourdissement lorsqu'elle est au petit salon du haut. Un bourdonnement continu semble provenir de la chambre de Madame Allardyce. Au fil des jours, les locataires éprouvent des sautes d'humeur soudaines et parfois, dans le cas de Ben, des hallucinations. Ils finissent par perdre le contrôle de leurs émotions. Tante Elizabeth est victime d'une fatigue grandissante et de trous de mémoire.

Robert Marasco utilise près de la moitié du livre pour nous présenter ses personnages et leurs ressentis avant leur arrivée dans la propriété des Allardyce. Cette narration, loin d'être rébarbative, permet d'impliquer le lecteur dans l'histoire. Cette maison vampirique, originale et très bien abordée, propose un scénario crescendo.


Trauma