Electrochoc
(Sukia)


Bande dessinée érotico-fantastique

Nicola del Principe et Renzo Barbieri

1983 - 1987

Elvifrance


Riche veuve d'un milliardaire, Tania MacNought loge à Manhattan dans une maison entourée d'un parc privé. Passionnée de musique classique, la belle vampire reçoit de nombreux amis célèbres. Pour éviter de s'ennuyer, Tania parcourt le monde. Ses voyages touristiques tournent toujours au cauchemar. La vampire possède un goût irrépressible pour le danger et les mystères au grand regret de Gary Pollack, son secrétaire particulier. Gary partage la passion de Tania pour les hommes séduisants. Il est le seul à connaître la nature vampirique de Tania. Tania et Gary sont confrontés à de nombreux dangers : fous, expériences scientifiques, monstres marins, zombies, extraterrestres, loups-garous, malédictions, vampires, esprits, maîtres chanteurs, complots, voyages temporels, naufrages, chasseurs de vampires, objets magiques ou maudits, statues et squelettes animés…

En Italie, la série " Sukia " fut publiée par Edifumetto entre 1978 et 1986, avec 153 numéros et 16 numéros de " Super Sukia ". Ces fumetti (bandes dessinées italiennes) des années 70/80, de format poche, mêlaient différents genres : aventure, horreur, comédie, action et érotisme. En France, la série, renommée " Electrochoc ", comprend 60 numéros, publiés de janvier 1983 à décembre 1987.


Tania est une des rares vampires diurnes : elle n'a aucun problème pour supporter la lumière du jour. Elle suit le rythme normal des humains, dormant, mangeant et buvant comme tout le monde. Originaire de Roumanie, cette vampire âgée de plusieurs siècles considère le vampirisme comme une malédiction. Elle aimerait se débarrasser de sa soif de sang récurrente qui la pousse à faire des victimes. Lorsqu'elle mord sa proie, sa force est décuplée. Ses proies, hommes ou femmes n'ont aucun moyen de se soustraire à son étreinte. Tania dispose de crocs rétractables.

Vidées de leur sang, ses proies ressusciteront en vampire (parfois diurne, d'autres fois nocturne ; le mythe n'est pas très cohérent sur ce point) le lendemain à minuit pile. Selon leur force de caractère, ces nouveaux vampires ne lui obéissent pas toujours. Pour se tirer d'une situation défavorable, Tania vampirise régulièrement ses ennemis ou des témoins gênants. Afin de sauvegarder sa sécurité, elle supprime, dans la majorité des cas, les vampires qu'elle a créés. Tania, qui n'accepte pas la trahison, est implacable dans ses vengeances. Gary enterre ses infortunées victimes et ses ennemis dans le parc.

De par leur magnétisme particulier, Tania ressent la proximité d'autres vampires. Lors d'une sortie au Cirque, elle rencontre le Comte Dracula Vladimir Draghevic de Transylvanie. Depuis une quinzaine d'années, Dracula vit aux USA, sans cacher sa nature qu'il exhibe sur scène. Son public ne croit pas qu'il est réellement un vampire.

L'expression favorite de Tania (comme d'autres anti-héroïnes des éditions Elvifrance) est " Par Satan ! ". Vampire moderne, Tania ne voue pas un culte à Satan, qu'elle n'invoque que très rarement.

Les vampires diurnes et nocturnes craignent la croix, l'ail, et l'eau bénite. Tania déclare à Gary qu'une croix posée sur son cœur peut la tuer. Les blessures par armes à feu ne sont mortelles que si les balles sont en argent. Tania détruit les autres vampires en leur plantant un pieu en frêne dans le cœur. D'après elle, les vampires morts tombent en poussière (mais ce point n'est pas respecté dans la série !).


Cette vampire moderne, qui ne mâche pas ses mots et qui n'hésite pas à se débarrasser des gêneurs, est attractive. Ses aventures, très variées et distrayantes se lisent rapidement, avec un duo Tania/Gary qui fonctionne bien. La trame des histoires débute toujours de la même façon : Tania décide de partir en vacances - Gary doit l'accompagner sans discussion - Gary espère dénicher un " beau mâle " (sic) - Malgré le danger, la vampire veut résoudre un mystère. Comme pour les autres séries traduites d'Elvifrance, on peut regretter le manque de continuité entre les histoires (sans doute dû au choix des volumes traduits), notamment le personnage du journaliste Bill Thompson, très lié à Tania au début de la série, qui finit par tomber aux oubliettes. Les dessins, de qualité moyenne au départ, deviennent franchement approximatifs dans le dernier quart de la série.

Jacula la Reine des vampires
Zara la vampire