Traité de démonologie


Etude et extraits de textes

Edouard Brasey

2011

Le Pré aux Clercs


Cette étude propose de nombreux passages sur les incubes et les succubes, démons apparentés aux vampires. Le traité relate les présences démoniaques à travers le monde, le commerce avec les démons, les possessions, les exorcismes et propose une hiérarchie démoniaque précise.

Edouard Brasey est également l'auteur des études suivantes : " Traité de vampirologie " de 2009, " La grande encyclopédie du merveilleux " de 2012 et "La bible des vampires" de 2015.


Les démons étaient à l'origine des anges rebelles. Certains démons libidineux, comme les incubes et les succubes, s'apparentent aux vampires. Leurs noms proviennent des termes latins " subcubare ", coucher sous et " incubare ", coucher sur. Le démon Pan était considéré comme le prince des incubes, tandis que la démone Lilith gouvernait les succubes.

Ces démons lascifs attaquent leurs proies durant leur sommeil afin de les posséder par la luxure. Ils trompent leurs victimes par leur beauté illusoire ou leur promesse de richesse. Les incubes et les succubes se rendent souvent invisibles pour accomplir leurs forfaits. On prêtait également à ces démons le pouvoir d'animer les cadavres. Ils étouffent parfois leurs victimes en faisant l'amour. Dépourvu de semence, ces démons en soutirent sous leur forme femelle. Les enfants nés de ces unions diaboliques sont nommés " cambions ", " kilcrops " ou " rocots ". En Hongrie, les lidercs, sont des défunts possédés, revenus rejoindre leurs veuves. Les victimes, vidées de leur énergie vitale, meurent alors de langueur. Les incubes et les succubes sont également appelés les cauchemars, à cause de leurs activités nocturnes. En Grèce, ces démons invisibles étaient jugés protecteurs. Dans l'antiquité, ils étaient considérés comme des génies ambivalents, bons et mauvais.

Le climat de religiosité intense du Moyen Age renforça considérablement la croyance aux démons. Ils étaient censés attaquer les corps mais également mettre les âmes en péril. Toutes les divinités préchrétiennes, qui rivalisaient avec le culte officiel, étaient jugées néfastes. Les fidèles avaient plus de facilité à succomber aux tentations durant les jours de fêtes. La croyance aux démons s'accompagnait d'extase religieuse, d'auto suggestion, d'hyperesthésies sexuelles ou de troubles physiologiques et psychologiques. Pour contrer ces démons, les fidèles devaient se fier aux bénédictions, aux exorcismes, aux sacrements, aux salutations angéliques et aux fumigations aromatiques. Le signe de la croix et les amulettes sacrées repoussaient les démons.


Ce " Traité de démonologie " a le mérite de présenter des sujets généralement peu abordés, ainsi que la relation entre les démons et la religion. Cet ouvrage de référence sur les incubes et les succubes est clair et précis. Les extraits d'études complètent parfaitement les différents chapitres.

Bible des vampires, la
Grande encyclopédie du merveilleux, la
Traité de vampirologie