Les vampires :
comment s'en faire aimer !


Etude pour les adolescents

Arthur Van Sdent

2011

Quebecor


Cette étude, qui présente les vampires comme s'ils étaient réels, explique comment ils ont pu influencer les mortels (comme par exemple l'auteur Stephenie Meyer). Les vampires folkloriques, bons ou mauvais, sont bien différents des vampires actuels. Ils ont su évoluer notamment à travers la littérature et le cinéma. Le vampire, véritable projection de nos fantasmes, attire et effraie le public. Cette étude expose également les moyens d'entretenir une relation avec un vampire par le biais de conseils (sur l'estime de soi, la méditation ou encore la magie rouge). En complément, l'auteur propose une bibliographie et une filmographie.

Arthur Van Sdent propose des extraits de textes et d'études, notamment celle de Dunn-Mascetti de 1993 (" Le livre des vampires "), ainsi que les romans d'Anne Rice et de Stephenie Meyer.


Le vampire est doté de capacités physiques supérieures (force, vitesse, immortalité) ainsi que d'un regard magnétique, d'une grâce naturelle et d'une voix envoûtante. Certains possèdent un don surnaturel, comme celui d'effacer la mémoire ou de lire dans les pensées. Les vampires sont considérés comme des êtres sans âme. Ils ont pour règle de ne jamais dévoiler leur nature aux mortels, de ne pas tuer un autre vampire, de dissimuler les corps de leurs victimes, de respecter leur créateur et de ne créer des novices qu'avec l'accord de leurs aînés.

L'auteur classe les vampires en cinq catégories :

- Les vampires neolégendaires (dont le représentant le plus connu est le Comte Dracula) vivent dans des châteaux isolés. Ils dégagent une légère odeur de décomposition et disposent d'un regard hypnotique. Ils sont capables de transformations physiques. Ces vampires ne se reflètent pas dans les miroirs et doivent toujours avoir avec eux un peu de leur terre natale.

- Les vampires exotiques sont, pour la majorité, originaires de Chine. Certaines légendes évoquent des géants cracheurs de feu.

- Les vampires modernes (comme Lestat) sont attirants. Capables de voler, ils peuvent également gérer leur soif de sang.

- Les vampires ultracools, comme Angel ou les membres de la famille Cullen, se nourrissent de sang animal ou de poches de sang. Ils ne peuvent pas voler, ni se transformer.

- Les bébés vampires, tout juste transformés, ont encore du mal à contrôler leurs pouvoirs. Ces vampires sont souvent impatients et querelleurs.

Les vampires sont détruits par le soleil, le feu, le pieu ou la décapitation. Seuls les vampires néolégendaires craignent la croix, l'ail et les épines de certains arbustes.

Certains humains sont particulièrement attirés par le monde des vampires. Les " pseudovamps ", très actifs sur Internet, se distinguent par leur passion extravagante pour les vampires. Les humains " extrêmes " vouent un culte au mythe. Préférant vivre la nuit, ils organisent des réunions et des rituels vampiriques. Les " tyranovamps " cherchent à vampiriser les autres à la manière des vampires néolégendaires. Narcissiques, ils n'ont aucun respect pour autrui. Certains développent des pathologies extrêmes menant au crime (comme la Comtesse Bathory ou le vampire de Dusseldorf).


Cette étude a le mérite d'être originale, avec le système de classification des vampires développé par l'auteur. J'ai relevé plusieurs erreurs, comme par exemple la confusion entre les sagas " Blood Ties " de Tanya Huff et " True Blood " de Charlaine Harris. Les obscurs conseils destinés aux adolescents (sur la méditation, la magie, etc.) sont totalement hors de propos.

Les vampires folkloriques