L'encyclopédie amoureuse
des vampires


Etude

Katherine Quénot
et John Bolton

2009

Hoëbeke


Le vampire est une créature qui existe depuis la nuit des temps et qui ne cesse d'évoluer. En Europe, le vampire, qui avait pris la place de la sorcière, fut jugé responsable de la propagation de la peste. Aux 17ème et 18ème siècles, des rapports officiels relataient de véritables épidémies de " revenants en corps " ou " mâcheurs ". De nos jours, le vampire est devenu une créature érotique, un être sensible capable de sentiments et d'états d'âme. Cette étude, abondamment illustrée, présente les informations essentielles sur les vampires : caractéristiques, devenir un vampire, tuer un vampire, forces et faiblesses. Le symbolisme du sang, intimement lié aux vampires, est également développé. Katherine Quénot liste les vampires dans la littérature en ciblant les femmes vampires.

Katherine Quénot a publié en 1999 un roman pour enfants, " L'éveil du vampire " et en 2011, l'étude "Le livre secret des vampires". John Bolton, illustrateur de comics et de jeux de rôle, a produit de nombreux dessins de femmes vampires. Cette étude en grand format est illustrée de peintures pleine page de John Bolton.


Le vampire étant un mort-vivant, il ne pense plus comme les mortels et obéit encore moins à leurs règles. Incarnant l'image du Mal sous forme humaine, le vampire est d'autant plus attirant. Il symbolise également le moyen d'échapper à la mort et le pouvoir de dominer les autres. Cette créature est dotée d'un magnétisme hors du commun ainsi que d'une forte charge sexuelle. Il donne libre cours à son instinct bestial, sans se soucier de sentiments, de pitié ou de remords. Dépourvu d'âme, le vampire est un véritable parasite qui ne se soucie que de sa propre survie.

Le cinéma lui a donné une apparence attirante alors que le vampire folklorique était affreux (teint gris ou rougeaud, peau glacée, pilosité accrue, ongles longs comme des serres, odeur de putréfaction). Selon les légendes, on lui prête des caractéristiques surnaturelles : sens développés, force, agilité, rapidité, résistance, régénération, faculté de transformation, capacité à apparaître et à disparaître en un instant. Le vampire hypnotise par le regard et contrôle certains animaux. Le soleil lui est fatal, tandis que durant la nuit, il est tout puissant. Appartenant au monde des esprits, le clair de lune régénère ses pouvoirs. A minuit, le vampire est capable de franchir les eaux courantes. Il doit se reposer dans un cercueil ou sur une couche de sa terre natale. Le vendredi, les vampires ne sortent pas de leur cercueil.

Le vampire craint les objets saints, la terre consacrée, l'ail et les miroirs (une exposition entre deux miroirs lui est fatale). Le vampire du folklore ne possédait pas de crocs effilés mais il étouffait ses proies ou aspirait le sang par les pores de la peau. La plupart des vampires ne se nourrissait pas de sang mais dévorait la chair de leur victime, les excréments ou buvait le lait des femmes enceintes.

De tout temps, les populations ont craint le retour de leurs morts mécontents. Les méthodes pour se prémunir des vampires étaient un mélange de traditions populaires et de religion officielle. La moindre anomalie décelée sur un corps provoquait la méfiance : non corruption du cadavre, gonflement ou encore traces de sang dans la tombe. Le rituel de "la petite réparation" était censé l'empêcher de sortir du tombeau pouvait prendre diverses formes : souvent le corps du défunt était disposé à plat ventre pour le désorienter. On le clouait au cercueil pour qu'il se vide du sang ingéré et perde ainsi ses forces. Le tueur de vampire était un étranger, un tzigane, un homme né un samedi ou encore un Dhampire. Ce dernier (appelé également vampirovitch ou vampiritch) est un être dont le père était un vampire (qui peut encore procréer la première nuit de sa résurrection).

Des personnes étaient prédisposées à devenir des vampires : sorciers, suicidés, morts sans sépulture, morts prématurées, morts violentes, femmes laissant des enfants en bas âge, pécheurs, méchants et violents. Les célibataires risquaient également de revenir en l'état de vampire. On organisait donc des mariages posthumes. Les proches ne devaient pas trop pleurer lors des funérailles, sous peine de ressusciter le défunt. On évitait d'enterrer dans la même allée des voisins qui se détestaient de leur vivant. Les professions liées à la nature (forgeron, berger, bûcheron) risquaient également d'être touchées par le vampirisme. Une autre méthode pour devenir un vampire était de signer un pacte avec des divinités comme Ishtar, Lucifer, Zalmoxis ou Tezcatlipoca.


Ce beau livre présente des thèmes rarement développés comme Lilith, l'Ordre du Dragon ou encore le symbolisme du sang. L'auteur inclus des extraits de textes et d'études pour appuyer ses propos. On pourra juste lui reprocher l'absence d'une bibliographie en fin de volume.


Livre secret des vampires, le

Eveil du vampire, l'

Devenir un vampire
Les faiblesses des vampires
Les pouvoirs des vampires
Le tour du monde des vampires