Le dictionnaire infernal


Etude

Jacques Collin de Plancy

1818

Fetjaine


" Le dictionnaire infernal " est une oeuvre majeure de l'occultisme et de la démonologie. Cette étude dénonce les superstitions, présente l'avis de l'église face au folklore, et répertorie diverses croyances : hiérarchie des démons, techniques de divination, maléfices, sciences occultes, présages, prières, etc.

Jacques Collin de Plancy rédigea, sous une vingtaine de pseudonymes, plus de 200 études. La première édition de ce dictionnaire - la plus agréable à lire - date de 1818. Collin de Plancy publia six refontes de son dictionnaire entre 1818 et 1863. Concernant les vampires, il se réfère à l'étude de Dom Calmet.


De nombreuses anecdotes se réfèrent à des monstres apparentés aux vampires. Les incubes et les succubes, également appelés les cauchemars, étaient des démons paillards et lascifs. Ils changeaient fréquemment d'apparence pour tromper leurs victimes. Ces démons ne craignent ni la croix ni l'eau bénite. Lilith, la maîtresse des succubes, prenait l'apparence d'une belle femme pour séduire les hommes. L'apparence des lamies était particulièrement monstrueuse, avec leur buste de femme et leurs pieds ornés de têtes de dragons. Les lamies hantaient les cimetières et les champs de bataille pour dévorer les cadavres. Elles pouvaient se transformer en loup ou en hyène. Dans les croyances, les vampires étaient également associés aux lémures. Ces décédés de mort violente revenaient sur terre comme des spectres malfaisants.

Les vampires sont des morts qui sortent la nuit pour sucer le sang des vivants. Ils sévirent plus particulièrement en Europe de l'Est. Les vampires peuvent quitter leur cercueil de midi à minuit. Dans les récits de leurs méfaits, ils embrassent étroitement leurs proches jusqu'à les faire suffoquer, ou leur sucent le sang. Les victimes exténuées s'affaiblissent jusqu'à la mort. Dans le folklore, le son des cloches et le chant du coq mettent en fuite les puissances infernales. Devant les attaques répétées des vampires, les villageois ouvraient les tombes pour débusquer les monstres. Les cadavres aux yeux ouverts et recouverts de sang étaient alors transpercés d'un pieu et décapité. Parfois, les restes étaient brûlés. Se frotter le corps avec le sang du vampire, ou même le mélanger à de la farine pour en faire du pain, était censé empêcher d'être transformé en vampire.


" Le dictionnaire infernal " propose divers récits (contes, anecdotes, extraits de textes) qui retracent les mythes des démons et des vampires. Cet ouvrage plaira aux adultes passionnés de ces deux thèmes. J'ai apprécié le style de l'auteur ainsi que ces légendes, pour la plupart abracadabrantes.


Dissertation sur les vampires