La meute


Film fantastique

Franck Richard

2010

Émilie Dequenne, Benjamin Biolay
et Yolande Moreau


Charlotte a décidé de changer de vie. Elle fait monter Max, un autostoppeur, dans sa voiture. Charlotte le trouve plus intéressant que ses anciens flirts. Charlotte et Max font une halte au bar de La Spack. Comme Max ne revient pas des toilettes, la jeune femme commence à s'inquiéter. Après avoir signalé la disparition à un policier à la retraite, elle retourne au bar durant la nuit…


Max est chargé d'appâter des touristes jusqu'au bar de sa mère. Celle-ci donne leur sang à d'anciens mineurs devenus des goules. Les prisonniers, marqués au fer rouge comme des animaux, sont enfermés dans des cages. La tenancière les force à avaler une mixture riche en fer, avant de leur prélever du sang. Certaines nuits, Max et sa mère attachent leurs prisonniers à l'extérieur, avant de leur faire une entaille. Le sang qui coule sur la terre réveille les goules qui sortent du sol.

Ces créatures mortes-vivantes disposent d'une gueule garnie de crocs. Elles se distinguent par leur peau livide, leur crâne chauve et leur absence d'yeux. Elles se guident par l'odorat, particulièrement sensible au sang. Leur force et leur endurance sont considérables. Les blessures par balle ne font que les sonner ou les ralentir. Lorsque la lune décroît, les goules perdent en puissance.


On sent que le réalisateur a voulu créer un univers décalé et dérangeant, mais ce film manque hélas de crédibilité et de cohérence, tant au niveau du monde qu'à celui du scénario. Le visuel et les acteurs sont pourtant plutôt intéressants. Je n'ai pas accroché à l'humour, notamment la fille dans du papier à bulles (?) ou la bande - risible - de bikers. La première moitié du film est, à mon goût, davantage réussie que la seconde, avec son final injustifié où Max et Charlotte finissent par faire front contre l'assaut interminable des monstres.