Vampires :
100 questions - réponses


Etude

Victor Miller

2010

Edimag


Le narrateur relate ses vacances dans le petit village de Granville, au Québec. De retour d'une promenade au cimetière, il eut l'impression d'être suivi. Le lendemain matin, sa voisine le somma de partir sans délai. De retour chez lui, le narrateur reçu une enveloppe de Granville. Les lettres et le journal qu'elle contenait, révélaient l'existence de vampires. Hugo Spitfield, devenu vampire en 1796 à l'âge de 17 ans, y répondait à de nombreuses questions…

En 2010, Victor Miller a également publié l'étude " Méfiez-vous, les vampires sont partout ! ".


Ni morts ni vivants, les vampires sont les évadés des ténèbres, nécessitant du sang pour perdurer. L'origine des vampires découlerait d'un pacte entre un homme et le Diable. L'homme devint un être immortel devant se nourrir de sang frais.

Les vampires ne sont pas particulièrement structurés mais ils suivent trois règles : ne pas tuer un autre vampire, dissimuler leurs attaques et ne pas révéler leur existence aux humains. La plupart vit en solitaire mais certains, pour raisons pratiques, se regroupent en communauté. D'autres vampires ont intégré la société humaine, où ils tiennent des rôles importants.

Plus le temps passe, moins le vampire éprouve de sentiments humains. Il existe plusieurs types de vampires, plus ou moins agressifs. Les vampires ne vieillissant pas, ils conservent l'apparence qu'ils avaient à leur mort. Leurs capacités physiques sont supérieures à celles des mortels : vitesse, force, sens, immunité contre les maladies, régénération quasiment instantanée. Les vampires disposent également de forces occultes (faculté d'apparaître et de disparaître en un instant, lecture des pensées et des sentiments) qui se développent avec le passage des siècles. Contrairement à certaines légendes, ils sont incapables de voler. Leurs dents sont quasiment similaires à celles des humains, mais leur capacité de succion est très importante.

Le vampire n'a aucun moyen de choisir laquelle de ses victimes deviendra un vampire. Lorsqu'ils se nourrissent, les vampires tuent leurs proies. Celles dotées d'une force psychique particulière se transformeront. Les vampires ne peuvent jamais avoir d'enfant : ni entre eux, ni avec un(e) humain(e).

Contrairement aux légendes, les symboles religieux restent sans effet. Les vampires sont très sensibles à certaines odeurs comme celle du citron, du camphre, de la sauge, du cèdre ou encore de l'ail. Ils ne supportent pas l'exposition prolongée au soleil. Pour les détruire, il faut leur enfoncer un pieu de bois dur dans le cœur ou les décapiter d'un seul trait.


Cette étude prend la forme d'une nouvelle fantastique, suivie d'une confession fictive. Par le biais du premier récit, l'auteur établit une ambiance inquiétante. Le vampirisme est ici présenté comme une malédiction éternelle. La mythologie, classique, est présentée à travers une forme originale pour une étude.


Méfiez-vous, les vampires sont partout