Vampires !
Une histoire sanglante


Etude

Elisabeth Campos
et Richard D. Nolane

2010

Les moutons électriques


Le mythe du vampire est un phénomène complexe, ancien et multiforme. Le vampire folklorique est lié aux réalités médicales (corps incorruptibles, enterrés prématurés, anomalies physiques, porphyrie…) ou parapsychologiques. Le mythe fut influencé par certaines figures historiques comme Vlad Dracula et Erzsébet Bathory. Les affaires plus modernes, comme celles de Croglin Grange ou de Hihtgate, suscitèrent l'intérêt du public. Le vampire conserve toutefois souvent le visage de Dracula. Avec son roman " Dracula ", Bram Stoker avait imposé un archétype. Les notions d'érotisme et d'amour furent développées dans la littérature et le cinéma. Depuis le 21ème siècle, le vampire est une figure récurrente du genre bit-lit. " Vampires ! Une histoire sanglante " aborde également les vampiroïdes (habituellement nommés " vampyres ") et les criminels vampires.

Cette étude a été réalisée en collaboration avec Raphaël Colson (gérant de la maison d'édition Les moutons électriques) et André-François Ruaud (directeur littéraire des éditions Les moutons électriques). En 2008, André-François Ruaud et Isabelle Ballester ont publié " Les nombreuses vies de Dracula ". En 1994, Elisabeth Campos et Richard D. Nolane ont publié " La Chair et le sang : vampires et vampirisme ".


Le vampire tire ses origines des dieux et des démons sanguinaires de l'antiquité (comme Lilith, Siva, Lamie, l'empuse, la stryge, l'istral, le houei, la goule, la vétala ou encore le vroucolacas). Ni vivant ni mort, le vampire est un être qui se nourrit de sang. Son apparence traditionnelle est repoussante et terrorisante. Le vampire fut la cause de psychoses collectives dans les villages d'Europe de l'Est, accentuées par la venue de soldats pour constater officiellement les faits.

Les poèmes romantiques du 18ème siècle associeront le vampire à la mort et à la séduction. Trois ouvrages popularisèrent le mythe : " Le vampire " de 1819, " Varney the vampire " de 1847 et " Carmilla " de 1871. Avec " Dracula ", Bram Stoker impose un vampire au charisme exceptionnel, qui rebute et fascine, ainsi que le personnage de Van Helsing. Stoker reprend la mythologie antérieure tout en innovant (crainte de l'ail et de la croix, besoin d'invitation, force accrue mais diminuée durant la journée).

Le vampire épouse les modes et les fantasmes de son époque. Dans les années 1990, il se fond dans un univers contemporain. Les grosses licences (Buffy, Blade, Anita Blake…) préfigurent le phénomène bit-lit. Dans les années 2000, les vampires de bit-lit sont désormais beaux et attirants. Dans les œuvres, ils font partie de communautés ou accèdent même à un statut planétaire. La saga " Twilight " passionne le grand public.

La vue du sang plonge certains criminels dans un état de transe exaltant. Leurs fantasmes sont liés à la violence et à la souffrance. Pour ces tueurs, la nécrophilie et le cannibalisme sont parfois associés au vampirisme.


Cette étude, très complète, présente le mythe du vampire de façon claire et précise. En suivant une chronologie, les auteurs développent les références incontournables, les thèmes et les œuvres charnières du mythe. Les références françaises sont également abordées. La lecture est agréable et enrichissante.


Bit-Lit ! L'amour des vampires
Chair et le sang : vampires et vampirisme, la

La bit lit
Le tour du monde des vampires
Le vampire de Dusseldorf
Le vampire de Hanovre
Le vampire de Highgate
Le vampire de Sacramento
Les vampires folkloriques