Dracula le vampire,
prince des ténèbres


Etude

Jean Marigny et
Céline du Chéné

2009

Larousse


Dracula est quasiment devenu un terme générique de la mythologie occidentale. Bram Stoker, son créateur, a fusionné la figure historique de Vlad Tepes avec celle d'un dandy aristocrate. Par la suite, le théâtre et le cinéma imposèrent Dracula dans l'imaginaire collectif. Depuis, ce personnage polymorphe matérialise nos peurs (de la nuit, de l'inconnu ou encore de la mort). Avec Anne Rice et Francis Ford Coppola, le vampire, tourmenté par les passions humaines, est devenu apte à aimer et à souffrir. Dracula est même devenu un héros sympathique pour les enfants. Cette étude présente la vie et les influences de Bram Stoker, l'importance du sang dans les croyances et les rites, et les vampires dans le folklore. Les auteurs évoquent également la littérature anglaise fantastique et gothique, les vampyres contemporains, ainsi que les tueurs en série. Pour finir, le lecteur peut se référer à une bibliographie et une filmographie sélectives.

Jean Marigny, ancien professeur de littérature anglo-saxonne, a publié plusieurs ouvrages sur les vampires, sujet qu'il affectionne : " Histoires anglo-saxonnes de vampires " de 1978, " Le vampire dans la littérature anglo-saxonne " de 1985, " Sang pour sang, le réveil des vampires " de 1993, " Le vampire dans la littérature du 20ème siècle " de 2003, " La fascination des vampires " de 2009, "Vampires: de la légende au mythe moderne" en 2011.


Le roman " Dracula " s'inscrit dans la tradition du roman gothique tout en étant une œuvre unique et singulière. Bram Stoker y intègre des héroïnes modernes, une composition novatrice ainsi que des éléments de la révolution industrielle qui touchait l'Angleterre au 19ème siècle. La morale du roman suit les conventions de l'époque victorienne, où la dichotomie du Bien et du Mal était très nette. Avec " Dracula ", Bram Stoker inflige cependant quelques entorses à la bienséance, en traitant de sujets tabous comme le sexe, le sang et la mort. Le vampire Dracula est un étranger menaçant, qui refuse de se soumettre aux règles de la société et convoite les jeunes femmes vertueuses. Il offense la morale - et Dieu - en pervertissant l'innocence et en transformant ses victimes en monstres sensuels.

Bram Stoker fut notamment influencé par les œuvres suivantes : les récits anglais gothiques du 18ème siècle (pour le mystère et le décorum), les poèmes allemands du 18ème siècle (où le vampire était traité selon un mode métaphorique, avec le thème de la passion amoureuse et funeste), les textes fantastiques anglais du 19ème siècle (avec la femme vampire comme " Carmilla " de 1871 de Le Fanu). Stoker fut également influencé par " The land beyond the forest" de 1886 d'Emily Gérard, par " Le vampire " de 1819 de Polidori (et ses adaptations au théâtre), ainsi que par " Varney the vampyre " de 1846.

A partir de 1924, " Dracula " connut un franc succès au théâtre grâce à l'adaptation d'Hamilton Deane. Ce dernier créa l'image du vampire en costume avec une cape. Après le procès de Florence Stoker contre le film " Nosferatu " de 1922 de Murnau, les auteurs et les réalisateurs (hormis Deane qui obtint les droits) ne remirent le personnage de Dracula au goût du jour qu'à partir des années 40. Le film " Le cauchemar de Dracula " (1958, Terence Fisher) proposa un Comte aux canines pointues et ensanglantées.

L'étude revient également sur les récits d'épidémies de vampirisme du 18ème siècle. Le vampire était alors représenté comme un cadavre ambulant. Dracula reprend certains traits du vampire folklorique : une peau pâle et glacée, une haleine pestilentielle, un côté bestial avec des paumes poilues et une agressivité instinctive. Dracula conserve l'image d'un vampire qui se terre dans son château en décrépitude, totalement isolé. Malgré ses pouvoirs surhumains, il est soumis à des faiblesses. Bram Stoker met sur pied un véritable lexique des caractéristiques du vampire. On lui doit son absence de reflet, la morsure au cou, le besoin d'être invité pour entrer dans un lieu privé ainsi que le repos sur une couche de sa terre natale. En donnant de son sang, Dracula contamine ses victimes. Il rejoint le vampire de Polidori, car il s'attaque à des proies du sexe opposé.


Dans cette étude, les auteurs regroupent les références majeures des styles fantastiques et gothiques et parcourent les influences de Bram Stoker. La deuxième partie, qui présente l'évolution du personnage de Dracula dans les médias, est la plus intéressante à mon goût.


Dracula

Dracula (Jean Marigny)
La fascination des vampires
Sang pour sang : le réveil des vampires
Vampire dans la littérature du XX siècle, le
Vampires : de la légende au mythe moderne
Vampiriquement vôtre

Bram Stoker