Central Park driver
(Graveyard shift)


Romance moderne

Jerry Ciccoritti

1986

Silvio Oliviero, Helen Papas


Stephen Tsepes est taxi de nuit à New York. C'est un métier idéal pour un vampire tel que lui, qui se nourrit du sang des femmes désespérées. Il tombe sous le charme de Michelle, une réalisatrice de vidéoclips, souffrant d'une maladie mortelle.

Une suite intitulée " The Understudy : Graveyard Shift II " est sortie en vidéo en 1988. Elle a également été réalisée par Jerry Ciccoritti et a de nouveau mis en scène Silvio Oliviero dans le rôle du vampire.

Stephen Tsepes se repose dans un cercueil durant la journée. Malgré sa pâleur, il passe sans problème pour un humain, n'hésitant pas à fumer ou à grignoter en compagnie de ses collègues de travail. Il est incapable de supprimer ses proies féminines, les laissant devenir des vampires à leur tour en leur donnant de son sang. Les vampires d'une même lignée ressentent à distance la douleur et les émotions fortes. Les vampires disposent d'une force surhumaine et de crocs effilés. Stephen possède des dons de télékinésie lui permettant d'ouvrir des portes à distance ou d'éteindre des lumières. Il sent lorsque les humains sont proches de la mort, qu'ils veulent se suicider ou qu'ils souffrent d'une maladie incurable. Les vampires ne craignent pas les blessures par balle, ni la croix. Un pieu fiché dans la poitrine les paralyse, mais ils ne sont détruits que par la décapitation ou une exposition au soleil. Lorsqu'il est colère ou qu'il a soif de sang, les cheveux et la peau de Stephen deviennent entièrement blancs, et sa voix est altérée.

Ce film très esthétique possède une photographie et une bande originale très ancrées dans les années 80. Le film regorge de vampires qui semblent sorties de vidéoclips de rock. Central Park driver respecte le " code " des romances modernes, où les morsures sont associées à l'érotisme.


Romances modernes
Les vampires "new wave"