Le masque du démon
(La maschera del demonio)


Film d'horreur

1960

Mario Bava

Barbara Steele, John Richardson,
Arturo Dominici


Au 17ème siècle, la sorcière Asa Vajda est condamnée à porter le masque du démon, avant d'être brûlée vive sur le bûcher. Son complice Igor est quant à lui inhumé dans une terre non consacrée. Fille de princes moldaves, Asa maudit son frère et toute sa lignée, les vouant ainsi à sa vengeance éternelle. Le corps d'Asa rejoint le caveau familial. Deux siècles plus tard, un Professeur et son assistant font une halte dans la région. Ils découvrent par hasard la crypte des Vajda, laissée à l'abandon. En se défendant contre une chauve-souris, le Professeur détruit la croix surplombant le caveau de la sorcière et se blesse à la main. Grâce au sang du Professeur, le corps d'Asa commence à revenir à la vie …

Ce film est librement inspiré de la nouvelle" Vij " de Gogol (1835). " Le masque du démon " est paru aux Etats-Unis sous le titre " Black Sunday ". Ancien directeur de la photo, Mario Bava réalisait ici son premier film en solo, après avoir remplacé Riccardo Freda pour le film " Vampires " en 1956. Fasciné par la mort, Mario Bava a réalisé de nombreux films de vampires, en privilégiant les thèmes du rêve et du fantasme : " Hercule contre les vampires " en 1961, " Les trois visages de la peur " en 1963, " La planète des vampires " en 1965, " Le baron vampire " en 1972. Barbara Steele joua dans le film " Castle of blood " (" La danse macabre ") de 1964, ainsi que dans 13 épisodes de la série " Dark Shadows " entre 1990 et 1991.


Tous les cent ans, lors de la nuit de la Saint-Georges, Asa tente de prendre possession d'une descendante de la lignée de son frère. La jeune fille concernée lui ressemble trait pour trait. Au 19ème siècle, Asa convoite le corps de Katia Vajda pour pouvoir achever sa résurrection. Les vampires ne supportent pas la lumière du jour. Leurs victimes, mordues au cou, meurent et deviennent leurs serviteurs. Les vampires communiquent entre eux par télépathie et disposent d'autres capacités surnaturelles : hypnose, télékinésie, faculté de disparaître ou d'apparaître à volonté.

Les chiens sont agités ou agressifs en leur présence. Craignant la vue de la croix, l'ombre d'une croix sur leur caveau suffit à les maintenir dans la tombe. Un clou, fiché dans l'œil gauche, détruit définitivement leur âme diabolique.


Ce film présente des vampires folkloriques apparentés aux sorciers. Dans les croyances, le sorcier était censé revenir en l'état de vampire après sa mort. Le décor gothique rappelle celui des productions du studio de la Hammer. Grâce à son expérience de directeur de la photo, Mario Bava a su créer une ambiance d'épouvante aux éclairages particuliers, avec des effets de transition réussis. Certaines scènes étaient très choquantes pour l'époque, notamment lorsque l'on aperçoit le corps à l'état de squelette de la sorcière. Je regrette juste que le dernier tiers du film souffre d'un manque de rythme.

Vampires, les

Wurdalaks, les