Morsures magiques
Kate Daniels 1
(Magic Bites)


Roman d'action

Ilona Andrews

2007

Milady


A Atlanta, les communautés magique et technologique s'opposent. Kate est une mercenaire de la magie, spécialisée dans des problèmes occultes. Lorsque son tuteur est retrouvé assassiné, la jeune femme va tout faire pour retrouver le meurtrier. Elle découvrira que ces meurtres ont été organisés pour raviver les rivalités entre les deux factions…

La série comporte trois tomes.


Les vampires - Homo sapiens immortuus - sont contrôlés par des nécromants. La majorité des vampires est marquée ; ceux dont les marques sont dissimulées sont appelés les Ombres. Les vampires n'ont pas de pensées intelligentes ou cohérentes, mais sont régis par une soif de sang insatiable. Ils ne ressentent ni la pitié, ni la peur. Leur apparence est celle d'une gargouille aux yeux jaunes, avec un corps maigre. Leur peau est pâle, leurs griffes et leurs crocs sont acérés. Leurs organes internes et reproducteurs, devenus inutiles, ne cessent de rapetisser. Les vampires disposent d'une vitesse hors norme. Ils se déplacent rarement au sol, préférant courir à quatre pattes aux murs ou au plafond.

Les nécromants (également surnommés " le Peuple "), dirigés par Nataraja, sont en conflit avec les changeformes, alias " la Meute ". Ces derniers obéissent à Curran, le Seigneur des Bêtes. Les upirs sont des créatures qui se nourrissent de cadavres et n'hésitent pas à tuer les humains ou les créatures surnaturelles. Ils s'accouplent avec des femmes de pouvoir pour assurer leur descendance d'enfants mâles.

La Police possède une division des activités paranormales, tandis que les militaires ont des unités de défense du Paranormal. L'instance religieuse est l'Ordre des chevaliers de l'aide miséricordieuse, censée protéger l'humanité du mal.

Kate utilise une épée magique qui liquéfie la chair des non-morts. Elle peut également lancer des sorts et mettre en place des " gardes de sang ", sorte de charmes protecteurs. Le sang est précieux car il peut être utilisé à de mauvaises fins.


Ce début de série ne m'a pas du tout emballé, car l'auteur nous propose du " sous Anita Blake ". Trop de détails sont copiés sur l'héroïne de Laurell K Hamilton : ses vêtements et sa coiffure adaptés, pour cacher les armes, ou encore son caractère bien trempé et insolent. Je n'ai pas non plus apprécié la vulgarité gratuite des dialogues, ni la mythologie… assez niaise. Même l'épée de l'héroïne a un nom ridicule : Slayer !

La bit lit