Requiem,
chevalier vampire



Bande dessinée,
huit tomes, en cours

Pat Mills et Olivier Ledroit

2000 - 2008

Nickel


Heinrich est mort en 1944 sur le front allemand. Son seul regret est de n'avoir pas pu revoir son amour, Rebecca. Il se retrouve en enfer où il sauve la vie d'Otto Von Todt, Capitaine du Corps des Résurrectionnistes. Heinrich devient alors un Chevalier vampire. De son côté, Rebecca est devenue une lémure, ennemie des vampires. Il la retrouvera et la sauvera des geôles du Prince Dracula…

Cette série, en cours de publication, comporte actuellement huit tomes. Une série dérivée, " Claudia ", met en scène le personnage de Claudia, une autre Chevalier vampire.


Heinrich se retrouve sur Résurrection, un monde de l'au-delà où tout est inversé et très hiérarchisé. Il fera carrière, comme Chevalier vampire dans la ville de Nécropolis, sous le nom de Requiem. Le titre de Chevalier vampire revient aux individus étant coupables de crimes atroces. Les Chevaliers vampires ne doivent pas être contestés - et encore moins tués - et ne s'affrontent pas en public. Après avoir suivi un entraînement sur la face cachée de la Lune, ils signent un contrat et donnent leur âme. Des techniques de combat mental les rendent plus forts, plus rapides et plus agiles. Ils peuvent également contrôler les animaux et se métamorphoser. L'opium noir est une drogue qui décuple les capacités vampiriques. Ils utilisent également des runes (de puissance, de protection ou encore de malédiction) pour augmenter leurs pouvoirs.

Le Seigneur vampire Dracula est un permanent, car il était déjà un vampire sur Terre. Il règne avec son épouse Elisabeth Bathori, à qui il avait donné le baiser des ténèbres. Dracula et les membres de sa lignée restent tels quels, à la différence des autres vampires qui rajeunissent. Dracula possède de nombreux ennemis parmi les vampires, comme l'Archi Hiérophante, mais aussi parmi les autres races. De fréquents coups d'état éclatent pour le renverser. Le Seigneur Dracula dispose d'un droit de cuissage : il peut se nourrir en premier, notamment sur les lémures. Dracula aime boire le sang de jeunes filles vierges pour ses festins. Il le fait affiner jusqu'à ce qu'il devienne un véritable nectar.

Certains vampires préfèrent se nourrir de la douleur ou de la peur de leurs proies. D'autres se nourrissent de sang séché, d'os, de cendres ou encore de larmes. Sur Résurrection, il est interdit de vendre des miroirs (qui leur renvoient le visage de leur vivant) car ils doivent oublier leur vie passée. La normalité sur ce monde est à l'injustice et aux vices. Le progrès est proscrit - sauf pour les armes - au profit de la décadence. Les vampires ne pouvant pas enfanter, les esclaves sont très recherchés. Des victimes sont assignées aux Chevaliers vampires pour satisfaire leur soif de sang quotidienne. Certains empoisonnent les esclaves de leurs ennemis, qui deviennent alors malades en buvant leur sang. Certains vampires, se sentant affaiblis durant la journée, se reposent dans un sarcophage. Les hiérophantes vivent dans des réservoirs et portent des peaux humaines lorsqu'ils en sortent. Les vampires craignent l'eau bénite, qui les brûle comme de l'acide, et sont également allergiques à l'argent.

Les Chevaliers vampires utilisent des bersekers pour terminer les combats. Ils exterminent les ennemis puis sont détruits car ils sont totalement incontrôlables. En attendant les batailles, ils sont emprisonnés dans des cercueils blindés. Le sang des morts est collecté sur les champs de bataille.

Les classes inférieures sont celles des zombies, goules, loups-garous ou encore lémures. Les lémures sont des fantômes phosphorescents de chair et de sang, victimes des vampires.


Ces bandes dessinées proposent de nombreux dessins pleine page (voire même sur deux pages). Au fil des tomes, le passé d'Heinrich s'étoffe, révélant qu'il serait la réincarnation de Thurim de la famille de Dracula. Le mythe est riche, parfois même trop détaillé. Les termes vulgaires, et les discours de mauvais goût, sont légions. Même si je n'apprécie pas plus que ça cette œuvre, je salue le travail fourni par les auteurs.