Et mourir de plaisir


Film d'épouvante

Roger Vadim

1960

Annette Vadim, Mel Ferrer,
Elsa Martinelli


Carmilla Von Karnstein ne supporte pas que son cousin Leopoldo ait décidé de se marier avec Georgia. La jeune fille n'a jamais cessé d'être amoureuse de lui. Millarca, une ancêtre des Karnstein, avait la réputation d'être une vampire. Leopoldo ne croit pas à ces superstitions. Le portrait de Millarca ressemble trait pour trait à Carmilla. La jeune fille va trouver la robe du portrait puis découvrira le tombeau de Millarca. Depuis, Carmilla a de fréquentes sautes d'humeur et souffre d'une jalousie maladive. L'esprit de la vampire semble avoir possédé celui de Carmilla…

Ce film est librement adapté de la nouvelle " Carmilla " (1871) de Joseph Sheridan Le Fanu. Le titre international est : " Blood and roses ". Annette Vadim fut la femme du réalisateur durant deux ans. Roger Vadim a également publié deux anthologies en 1961: " Histoires de vampires " et " Nouvelles histoires de vampires ".

En 1765, Millarca a survécu à une révolte de paysans. Ils découvrirent le corps de ses pairs, leur enfoncèrent des pieux dans la poitrine puis les brûlèrent. Les villageois disposent toujours de l'ail pour protéger leurs maisons. Millarca doit quotidiennement retourner à son tombeau. Son corps ne se corrompt pas et sa peau est froide. Elle dispose d'une force supérieure et d'une capacité de téléportation. Elle supporte le soleil mais a de fréquents malaises durant la journée. Lorsque Millarca touche une fleur, celle-ci fane instantanément. Les animaux sont particulièrement nerveux à son approche. Elle choisit des proies féminines et les mord au cou pour boire leur sang. Ses victimes se transforment à leur tour en vampires.

Ce film a malheureusement mal vieilli. Toutefois, certaines scènes restent très esthétiques : le cauchemar de Carmilla avec sa vision ensanglantée dans le miroir ou encore l'envoûtement de Georgia. Les actrices sont plutôt médiocres, surtout Annette Vadim, vraiment trop nunuche ! La fin est assez bizarre avec un plan qui traîne en longueur…


Carmilla