Anno Dracula
(Anno Dracula 1)


Roman policier

Kim Newman

1992

Le Livre de Poche


1888 : L'équipe de Van Helsing n'a pas réussi à éliminer le Comte Dracula. Le vampire est même devenu le Prince consort et Lord Protecteur de la Reine Victoria. Avec l'accession au pouvoir de Dracula, les vampires ont révélé leur existence. La nouvelle politique de Dracula est draconienne : arrestations arbitraires, exécutions sommaires, régression de l'économie du pays. De plus, Londres est touchée par une vague de meurtres sanglants. Les victimes sont toutes des prostituées vampires. Le tueur sait comment détruire un vampire : il tranche la gorge de ses victimes et endommage leurs organes vitaux grâce à un instrument en argent. La presse le surnomme " Scalpel d'Argent " puis, par la suite, " Jack l'éventreur ". La vampire Geneviève Dieudonné, proche des vampires miséreux, fera équipe avec le mortel Charles Beauregard. Ce dernier fait partie du Club Diogène, toujours loyal envers la Reine Victoria…

Ce tome est le premier d'une trilogie qui se poursuit avec " Le baron rouge sang " en 1995 et " Le jugement des larmes " en 1998. En 1998, Kim Newman a également publié la nouvelle " Andy Warhol's Dracula ". Sous le pseudonyme de Jack Yeovil il a écrit la trilogie " Geneviève " dans la gamme Warhammer : " Drachenfels " puis " Geneviève " en 1991 et " La bête de velours " en 1993.


Les humains sont appelés les " sang-chauds ". Les vampires ne souffrent pas du froid. Ils craignent la lumière du soleil, à l'exception des plus anciens comme Geneviève. Leur teint est très pâle, leurs dents et leurs ongles sont pointus, leurs canines sont rétractables. Leurs yeux ont une teinte rougeâtre et ils pleurent des larmes de sang. Leurs traits deviennent particulièrement inhumains et bestiaux quand ils sont en colère. Les vampires ne se reflètent pas. Ils sont plus forts que les humains et nyctalopes. La transformation s'appelle le " baiser des ténèbres " ou le " passage aux ténèbres ". De nombreuses prostituées vampires proposent l'immortalité contre du sang. La transformation peut se faire sans passer par la mort physique. En devenant un vampire, le mortel perd souvent ses dons artistiques pour gagner en bestialité. Les jeunes ressuscités ont du mal à contrôler leur soif de sang et doivent être assistés de leur créateur (appelés mère ou père en ténèbres). Ils sont très sensibles aux objets saints. Seul le sang humain satisfait la soif, celui des animaux ne la calme que pour un temps. Les serviteurs des grandes maisons offrent leur sang aux invités vampires. Le sang de vampires est grisant. Les anciens boivent le sang de leur lignée pour asseoir leur domination. Pour un ancien, être traité de jeune non-mort ou de ressuscité est une véritable insulte. Les blessures faites avec des armes en argent peuvent être mortelles, car l'argent empêche toute régénération.

La plupart des vampires de Londres sont issus de la lignée de Vlad l'Empaleur. Cette lignée est considérée comme dégénérée car seul Vlad Tepes parvient à contrôler ses transformations physiques en loup ou en chauve-souris. Dracula a besoin de régénérer ses pouvoirs en se reposant dans sa terre natale. Il craint toujours les croix. La Cour de Dracula dégage une odeur pestilentielle et n'hésite pas à tuer ses proies humaines. Sa Garde Karpathe, composée de vampires brutaux et originaires d'Europe de l'Est, est chargée de semer la terreur. Les contestataires comme Stoker ou Holmes sont arrêtés et enfermés dans des zones surveillées. Dracula avait fait exécuter Van Helsing dont la tête est toujours exposée en ville.

Geneviève est issue de la lignée de Chandagnac. Elle est plus âgée que Dracula, ayant été transformée à 16 ans en 1416. Lorsqu'elle boit du sang, elle parvient à absorber certains souvenirs et pensées de ses partenaires. Le sang de Geneviève peut être curatif pour les vampires d'une lignée corrompue. Les relations entre les Anciens ne sont pas très amicales car ils sont souvent rivaux. La plupart d'entre eux finissent par devenir fous. Chaque lignée possède un don spécial : les Nosferatu allemands ont des affinités avec les rats, les vampires chinois avec les papillons, les Karpathes avec les loups.


Ce tome oscille entre les personnages de Geneviève, Charles, le Dr Seward et Arthur Godalming. Le nombre hallucinant de personnages annexes (tous des personnages littéraires, comme par exemple Lord Ruthven, ici premier ministre…) est particulièrement étouffant. J'aurai préféré que l'auteur se cantonne à développer une intrigue principale. Il est également regrettable que l'on sache dès le premier chapitre qui est le tueur. Les anecdotes historiques sur Vlad Tepes sont bien utilisées dans le récit. J'ai apprécié le passage final, avec la description de la cour dégénérée de Vlad Tepes.