Nosferatu
fantôme de la nuit
(Nosferatu phantom der nacht)


Film d'épouvante

Werner Herzog

1979

Klaus Kinski, Bruno Ganz,
Isabelle Adjani


Jonathan Harker, récemment marié avec Lucy, accepte une mission de son employeur, M. Renfield. Il doit se rendre en Transylvanie pour conclure la vente d'une propriété au Comte Dracula. Lucy souffre de fréquents cauchemars où elle voit des chauves-souris. Ayant un mauvais pressentiment, elle tente en vain de persuader son mari de rester. Arrivé sur place, la population locale lui enjoint de ne pas aller au château de Dracula…

Ce film est le remake du " Nosferatu " de Murnau de 1922. Klaus Kinski reprendra le rôle du Nosferatu en 1988 dans le film " Nosferatu à Venise ". A la différence de Murnau, Herzog a pu utiliser les noms des personnages originaux, les droits du roman étant désormais libres. Klaus Kinski devait passer près de quatre heures par jour à se faire maquiller.

Le château du Comte est situé au sommet d'une montagne. Seuls quelques tziganes vivent à proximité. Les villageois, superstitieux, considèrent cet endroit comme dangereux et le surnomme " le pays des fantômes ". Le vampire est maudit : par son irrépressible soif de sang, ce mort-vivant est en marge du monde des humains. Le Comte Dracula souffre du manque d'amour et du poids de l'immortalité. Il propage la peste avec ses caisses de terre de Transylvanie où pullulent les rats. Son apparence est monstrueuse : mains griffues, dents longues, peau pâle et froide, visage et corps émaciés, oreilles pointues. Il ne possède pas de reflet, et communique avec les créatures nocturnes comme les rats, les loups ou encore les chauves-souris. Lorsqu'il boit le sang de sa proie, il établit un lien psychique avec elle. Une hostie consacrée, placée dans son cercueil, lui en interdira l'accès. Il craint également la croix. Il est détruit par un pieu fiché dans la poitrine et la lumière du jour. Seule une femme au cœur pur, prête à se sacrifier, peut lui faire oublier le chant du coq et ainsi le condamner à mort.

Ce film ressemble à un cauchemar éveillé ! Le réalisateur a réussi à créer une ambiance désespérée, tant du point de vue de son vampire que des personnages humains. Le maquillage de Kinski est parfait et rappelle le film original en noir et blanc. Klaus Kinski reprend les attitudes et les déplacements de Max Schreck tout en y ajoutant une touche d'animalité. Son interprétation souligne la monstruosité de ce vampire qui propage le mal malgré lui. Je ne suis, par contre, pas vraiment convaincue par Roland Topor qui interprète Renfield. Werner Herzog propose un film fantomatique, avec un long passage sur le périple de Jonathan Harker jusqu'à l'antre du vampire. Le choix des paysages, des éclairages et de la musique traduit parfaitement une sourde angoisse. Les scènes sans paroles ajoutent au trouble des spectateurs avec des images fortes : nuit qui tombe, ombre du vampire, visages d'outre-tombe…


Nosferatu
Nosferatu à Venise
Nuits de Dracula, les

Nosferatu (figurines)

Les acteurs célèbres
90 ans de cinéma vampirique