Bloodlust



Roman d'horreur pour adultes,
en anglais

Ron Dee

1990

Dell


Susan, mariée au révérend Warren MacDonald, se sent délaissée. Un soir, elle reçoit la visite d'un représentant à domicile qui s'avère être un vampire. Sa deuxième rencontre lui sera fatale. Benjamin Dixon, un homme d'église, a déjà rencontré le vampire qui a détruit sa congrégation. Il fera équipe avec le révérend MacDonald ainsi qu'avec la jeune Emily Knox, qui vient de perdre ses parents…

Cet auteur, également connu sous le nom de David Darke, a publié de nombreuses nouvelles vampiriques, ainsi que des romans : " Dusk " en 1991, " Blind hunger " et " Blood " en 1993.

Les vampires sont des entités démoniaques qui prennent possession de leurs victimes par la morsure. Les infectés deviendront des vampires à leur mort, après leurs funérailles. Une fois morts, les marques de morsures disparaissent. Mus par leur insatiable soif de sang, les nouveaux vampires ne tardent pas à attaquer leurs proches. Les vampires ont le teint pâle et la peau glacée, ainsi que des dents effilées. Leur regard est fortement hypnotique. Ils ont besoin d'une invitation pour pouvoir entrer dans un lieu privé. Ils ne se reflètent pas et perdent leurs pouvoirs durant la journée. L'ail les tient à distance. Ils craignent la foi, les prières, les symboles religieux et l'eau bénite. Le seul moyen de les détruire est de leur planter un pieu béni dans la poitrine. Le cas échéant, l'entité s'introduit dans un nouveau corps. Les vampires contrôlent la vermine telle que les rats, chauves-souris, serpents, araignées ou lézards. Ces créatures attaquent les intrus sur les ordres des vampires. En lisant les pensées de leurs proies, les vampires se servent de leurs faiblesses et de leurs vices pour les séduire, quel que soit leur sexe. Lors de la morsure, les victimes sont paralysées et ressentent un plaisir intense. Elles ne se souviendront pas de leur rencontre avec le vampire. Elles changent radicalement de comportement en alternant les états : faibles, amorphes ou agitées. Elles souffrent également de fréquents cauchemars, ne communiquent plus avec leurs proches et développent une aversion pour la lumière.

Cette histoire ne reste pas dans les mémoires car la trame n'est pas du tout originale et l'action stagne tout au long du roman. L'auteur met en avant le côté insidieux et tendancieux du vampire.