Les morsures de l'aube


Roman policier

Tonino Benacquista

1992

Rivages noirs


Depuis deux ans, Antoine et Mister Laurence vivent sans attache et profitent de toutes les soirées parisiennes. Dans le milieu des noctambules, ils sont appelés " les parasites ". Grâce à ses contacts et notamment Etienne, Antoine trouve toujours de bons tuyaux. Antoine rencontre Jordan, un homme bizarre qui lui donne une invitation pour une soirée privée. Antoine et son compère entrent sans problème lorsqu'ils prononcent le nom de Jordan aux agents de sécurité. Malheureusement, les deux jeunes gens se trouvent embringués dans une sale histoire. L'organisateur de cette soirée va faire pression sur Antoine pour qu'il retrouve l'insaisissable Jordan…

Ce roman a été adapté en 2001 par Antoine de Caunes dans un film éponyme.

Jordan et sa sœur Violaine ont un teint pâle et une maigreur maladive, au point d'être surnommés " les cadavres ". Jordan a l'habitude de commander des Bloody Mary mais ne les boit jamais. Personne ne l'a jamais vu en train de manger. Lors de son enquête, Antoine découvre que Jordan est impulsif et très protecteur vis-à-vis de sa sœur. Il a attaqué et mordu ceux qui lui ont manqué de respect. Violaine a une allure de femme fatale, vénéneuse voire vulgaire, toujours habillée en noir. Violaine est persuadée de ne pas se refléter dans les miroirs. Elle annonce à Antoine être venue du territoire des morts pour hanter les vivants. Elle drogue ses partenaires masculins pour les endormir. Comme les vampires, Jordan et sa sœur sortent la nuit pour disparaître durant la journée. Tous deux ont été influencés par l'étude fictive " Figures du vampirisme dans le schéma des névroses " de Robert Beaumont de 1958. Jordan et Violaine Regnault, issus d'une famille bourgeoise, sont devenus orphelins à six ans. Traumatisés par leur enfance difficile, ils se persuadèrent d'être des vampires. Le refus de son image est un des symptômes de sujets victimes d'abandon. Jordan et Violaine ont également un refus névrotique du jour. La morsure symbolise le désir de l'autre dont on se nourrit.

Dans ce roman, les vampires sont des névrotiques. Le récit est centré sur les nuits parisiennes. Même si le scénario est intéressant, l'enquête du héros finit par tourner en rond.


Morsures de l'aube, les