Un lieu incertain


Roman policier

Fred Vargas

2008

Viviane Hamy


Le commissaire Adamsberg, rendu à Londres pour un colloque, va participer à une étrange enquête. Devant l'entrée du cimetière de Highgate, une vingtaine de pieds coupés ont été retrouvés…

Fred Vargas est spécialisée dans la littérature policière.

L'auteur présente quelques informations sur la légende urbaine du vampire du cimetière de Highgate. La partie Ouest du cimetière, ouverte en 1839, a la réputation d'être hantée. A la fin des années 1970, deux jeunes filles furent poursuivies par une silhouette noire. L'une d'entre elles tomba malade et souffrit par la suite de crises de somnambulisme. Elle déclara être attirée par un certain caveau sur l'appel de son " Maître ". Des dizaines de cadavres d'animaux furent retrouvés vidés de leur sang aux alentours. Dans ce caveau, un révérend exorciste trouva le corps d'un homme, dans un cercueil sans nom. Il disposa de l'ail dans le cercueil et fit murer l'accès. Quatre ans plus tard, le révérend découvrit le même cercueil dans une demeure près du cimetière.

L'auteur évoque également les cas de Peter Plogojovitz et Arnold Paole qui seraient devenus des vampires au 18ème siècle et auraient été à l'origine d'épidémies vampiriques en Europe de l'Est. Plogojovitz aurait transféré sa force dans sa lignée, jusqu'à l'heure actuelle. L'auteur mélange les deux histoires : le corps d'un Serbe - sans doute Peter Plogojovitz lui-même - aurait été apporté au cimetière de Highgate.

Selon les villageois d'Europe de l'Est, il existe des méthodes pour empêcher un mort de revenir parmi les vivants : lui planter un pieu en plein cœur, attacher les pouces de ses pieds, lui mordre les gros orteils, enfoncer des épingles dans la plante des pieds, lui nouer les jambes, ou encore l'enterrer face contre terre. Les vampires sont imputrescibles et ils gardent les yeux ouverts dans leur tombe. Ils ont envie de dévorer sans cesse, d'où la nécessité d'obstruer leur bouche avec du tissu, des pierres ou de l'ail. Leurs dents sont plus longues que la normale.

Ce récit m'a ennuyé au plus haut point… Le mythe des vampires n'apparaît que dans le dernier quart du roman. Je n'ai pas du tout apprécié le style de l'auteur, qui nous impose des phrases ne voulant rien dire !


Le pire du pire
Le vampire de Highgate
Les vampires folkloriques