Carmilla


Bande dessinée fantastique,
pour adultes

Sofia Terzo

2008

Vertige Graphic


En Styrie, Laura et son père donnent asile à Carmilla, une jeune fille de l'âge de Laura. Le Général Spieldorf, l'ami de son père, leur envoie une lettre annonçant la mort inexpliquée de sa nièce. Il pense que le décès est dû à un démon. Au fil des jours, la relation de Carmilla et Laura devient fusionnelle. D'autres cas de morts étranges se propagent dans le village voisin…

Cette bande dessinée italienne de 100 pages est l'adaptation du roman éponyme de Sheridan Le Fanu de 1871. Le trait de dessin est assez approximatif, notamment les visages en gros plan des personnages.

Carmilla a l'habitude de sortir de sa chambre en fin de matinée. Son teint est pâle et ses dents très pointues. Ses capacités physiques sont supérieures à celles des mortels. Elle déteste les rites religieux, les cantiques et les enterrements. Les victimes de Carmilla s'affaiblissent et font des cauchemars. Ils ont la sensation d'étouffement ou de piqûres. La vampire a la faculté de se transformer en gros félin noir et de traverser les murs ou les portes. Elle vit depuis des décennies, auparavant sous le nom de Mircalla, Comtesse de Karnstein. Laura trouve des informations sur les vampires dans le dictionnaire infernal de Collin de Plancy. Les " oupirs " ne supportent pas qu'on leur dérobe leur suaire. Pour détruire les vampires, il faut leur enfoncer un pieu de bois dans la poitrine, leur couper la tête puis les brûler.

L'auteur a ajouté des personnages annexes à l'histoire originale, donnant ainsi des informations supplémentaires sur le passé de Carmilla. Cette bande dessinée est une bonne adaptation du roman mais pêche par la qualité moyenne des dessins, copiant largement le style de Milo Manara. Les scènes érotiques, quant à elles, sont la plupart du temps superflues.


Carmilla