Le métro vampire
(Undead express)


Roman d'épouvante
pour enfants

J R Black

1994

Bayard Poche


Les parents de Fred sont divorcés. Lorsqu'il rentre chez son père, il doit prendre le métro pour traverser New York. Un soir, il remarque une curieuse rame, d'apparence très ancienne. A la lueur d'un éclairage épars, Fred aperçoit les visages blafards des passagers, vêtus de costumes d'époque. Curieusement, leurs regards sont sans expression sauf celui d'un grand homme enveloppé d'une cape noire. L'inconnu, qui dégage une odeur écoeurante, lui fait signe d'approcher. Lorsque le wagon s'éloigne, Fred reprend ses esprits. Il pense avoir assisté au tournage d'un film d'horreur avec un vampire…

Les vampires craignent la lumière du jour qui les réduit en cendres. Ils s'affaiblissent nettement à l'approche de l'aube. Certains, comme Valentin Cutter (le vampire à la cape), sont capables d'utiliser l'hypnose, la téléportation ou la télépathie. La plupart dispose d'une vitesse supérieure à celle des humains. Les vampires ont pris l'habitude de se nourrir du sang des rats qui abondent dans les tunnels du métro. Leurs canines sont extrêmement pointues et leur peau pâle et glacée. Leur vision nocturne est performante et leurs sens hyper développés. Les vampires se déplacent dans ce métro " fantôme " sur les lignes désaffectées du réseau de New York. Valentin aurait été transformé en 1905 par Barnabus, un vampire millénaire. Au fil des siècles, les vampires sont gagnés par la mélancolie et souhaitent disparaître. Ils n'apparaissent pas sur les photos.

L'auteur a su créer un univers particulièrement inquiétant. Le début du récit est intriguant et les situations bien pensées. Cette histoire plaira aux enfants friands d'histoires horrifiques.