Vlad the impaler :
blood prince of Wallachia


Jeu de rôle, en anglais

Mike Bennighof, John R Phythyon

2002

Avalanche Press


Le personnage Vlad III Tepes a marqué l'histoire par sa cruauté. Les auteurs nous offrent un panorama de la Roumanie du 15ème siècle : histoire, politique, géographie, mœurs, folklore… En cette époque, les conditions de vie étaient épouvantables et l'espérance de vie dépassait rarement la quarantaine. Côtoyant la mort au quotidien, la population devait également respecter l'autorité de Vlad Tepes. Le Prince usait du pal pour punir ses ennemis mais aussi les voleurs et pêcheurs. Dans ce manuel, ce monstre à visage humain est présenté en tant que vampire.

Ce manuel s'inscrit dans la gamme du " System D20 " (D&D 3ème édition). Les fiches de personnage permettront aux joueurs d'incarner un boyard (noble qui met ses forces militaires au service de son suzerain), un hussard (soldat d'élite de l'armée de Vlad Tepes), un herboriste ou encore un lautar (sorte de barde conteur). Les auteurs nous proposent également un grand scénario pour terminer le manuel.

Les terres de Vlad Tepes renferment des vampires de tous genres. Les moroi sont des morts vivants nocturnes animés par leur malveillance qui ne boivent pas seulement le sang. Ils étaient particulièrement méchants de leur vivant et craignent désormais la lumière du jour et le feu. Les animaux les fuient et les chiens hurlent à leur approche. Par contre, les chats - considérés comme des créatures diaboliques - aiment les côtoyer. Les moroi sont immunisés contre les maladies et les poisons. Leur capacité de régénération est hors norme. Les strigoi boivent le sang de leurs victimes ainsi que le lait maternel (toutes les trois nuits). Durant leur vie, ils utilisaient la magie, étaient des enfants illégitimes ou bien avaient été excommuniés. Les strigoi ne craignent pas les objets sacrés ni les lieux saints. Pour les détruire, il faut leur enfoncer un pieu dans le cœur ou les brûler (leur corps entier ou leur cœur). Ils peuvent atteindre la rédemption en restant durant sept ans sans faire une victime. Ne supportant plus leur langue maternelle, ils doivent alors aller vivre dans un autre lieu. Leurs enfants deviendront à leur tour des strigoi. Une coutume veut que les amants fassent le signe de la croix avant l'acte sexuel. L'enfant à naître aura ainsi moins de chance de devenir un strigoi. Ces créatures peuvent commander aux chats et contrôler leurs proies par le regard. Ils doivent regagner leur tombe, une fois leur méfait accompli. La décapitation ne cause pas leur mort définitive. L'obru se nourrit d'excréments et voue une haine farouche aux vivants. Le vukodlak est un oiseau maléfique nocturne, souvent invoqué par les strigoi. Il ressemble à un corbeau de la taille d'un chien. On raconte qu'ils sont devenus morts-vivants en mangeant les restes d'un strigoi ou d'un humain particulièrement mauvais. Les vukodlak se nourrissent du sang et de la chair des mortels ainsi que des animaux domestiques. On en vient à bout par le pieu ou le feu.

La mise en page des informations sur la Roumanie de cette période est un peu austère. L'auteur nous présente quelques uns des vampires les plus connus de cette région. Il manque toutefois à cet ouvrage plus de détails sur les rites et superstitions de la population.


Vlad Tepes, le Dracula historique