Blacula



Film d'horreur

William Crain

1972

William Marshall,
Thalmus Rasulala


En 1780, le Prince africain Manuwalde se rend en Transylvanie avec sa femme, Luva. Il est maudit par le Comte Dracula qui le transforme en " Blacula " (!), un vampire désormais assoiffé de sang. Dracula l'enferme sans pitié dans un cercueil et emprisonne sa femme dans une pièce secrète. Dans les années 1970, le château du Comte Dracula est vendu à des décorateurs américains. Le cercueil de Manuwalde est envoyé à Los Angeles où le vampire ne tarde pas à faire des ravages. Il rencontre Tina, la réincarnation de sa femme Luva. Le Docteur Thomas Gordon enquête sur les corps retrouvés vidés de leur sang, une morsure au cou…

Une suite fut réalisée en 1973 : " Scream, Blacula, scream ".

Durant la journée, les vampires se reposent dans leur cercueil. Ils craignent le feu, le soleil et les croix. Ils sont détruits par un pieu enfoncé dans la poitrine. Ils disposent de crocs effilés, d'une force supérieure et d'une résistance surnaturelle (ils sont insensibles aux balles). Les vampires n'apparaissent pas sur les photos. Ils n'ont pas besoin d'invitation pour entrer dans un lieu privé. Le look de Blacula est très classique : costume sombre et cape noire. Ses victimes obéissent à ses ordres mentaux. Il a également la capacité à se transformer en chauve-souris. Lorsqu'il devient agressif, sa pilosité se développe ! Ses sourcils sont épais et des poils touffus ont poussé sur ses joues.

Cette modernisation du mythe du Comte Dracula est bien pensée, même si le film est totalement ancré dans les années 70. Tout y est kitch : les vêtements et coiffures des acteurs, la musique et la danse, et même la croix du Docteur Gordon ! Les maquillages des vampires secondaires sont risibles : leur peau est bleue et leurs crocs ridicules. Ce film avait marqué les esprits à l'époque, de par la violence et le manque de pitié de Blacula.

90 ans de cinéma vampirique