La fin d'Illa



Roman de science-fiction

José Moselli

1925

Grama


Le journal d'une civilisation disparue est découvert. Xié, le Chef des armées de la Cité d'Illa raconte les dernières folies de Rair, responsable des machines à sang. En voulant instaurer une dictature et accroire la longévité des Illiens, il mena la ville à sa perte…

Depuis des générations, les Illiens sont nourris par les émanations des machines à sang. Les effluves nourriciers pénètrent par les pores de la peau à des heures fixes. Le sang provient de porc et de singes. Avec cette méthode, les Illiens vivent jusqu'à l'âge de 167 ans en moyenne. Pour accroître leur longévité jusqu'à 350 ans, Rair décide d'utiliser un composé plus nutritif : du sang humain.

L'auteur dénonce la dictature et le despotisme irréfléchi d'un chef ambitieux. La description de cette puissance militaire est très bien faite. José Moselli apporte dans son ouvrage ses idées contestataires après la première guerre mondiale et préfigure la seconde. Le vampirisme est ici à l'échelle d'une cité.