Des saints et des ombres
La saga des ombres 1
(Of saints and shadows)


Roman d'horreur pour adultes

Christopher Golden

1994

Pocket


Peter Octavian est détective. Etant un vampire, ce métier lui convient parfaitement. Il enquête sur la disparition de la fille d'un de ses amis. Rapidement, il tombe sur la trace d'un ouvrage que veut récupérer le Vatican : " L'évangile des ténèbres ". Les gardiens du livre, menés par le fanatique Liam Mulkerrin, n'hésitent pas à utiliser les forces démoniaques pour arriver à leur fin. Tous ceux qui se trouvent sur leur chemin meurent dans d'horribles conditions.

" Des saints et des ombres " est le premier tome d'une série de quatre romans. Les trois premiers ont été traduits en français. Christopher Golden a également écrit des romans dans la collection " Buffy contre les vampires " et " Angel ".

Les vampires ne transpirent pas mais sont sensibles aux changements de température ; leurs larmes sont faites de sang. Ils se reflètent tout à fait normalement dans les miroirs. Conditionnés par l'église
catholique romaine , les vampires sont soumis à toutes les caractéristiques folkloriques : ils s'enflamment au soleil, craignent les croix, l'argent et les lieux sacrés. L'église nomme les vampires " les proscrits ". Peter Octavian tente de convaincre ses congénères que ces contraintes peuvent être surpassées avec de la volonté. Les sens des vampires, notamment l'ouïe, sont supérieurs à ceux des mortels, ainsi que leurs capacités physiques (force, vitesse, saut, endurance, régénération, vision nocturne). Un sixième sens les avertit d'un danger imminent et leur horloge interne est très performante. Les vampires peuvent changer d'apparence, même si ces transformations sont douloureuses et fatigantes. Les chasseurs de vampires recueillent une partie des cendres d'un vampire exposé au soleil, afin d'éviter une éventuelle résurrection. Peter Octavian, un des derniers Princes de l'Empire byzantin, a été transformé au 15ème siècle par Karl Von Reinman. Tous les vampires de sa confrérie possèdent un lien psychique. Octavian se nourrit de poches de sang, ayant perdu l'envie de chasser les humains ; il peut également boire tous les liquides (le sang malade ne pose pas de problème). Tous les ans, les vampires se réunissent dans une ville différente et pour cette occasion, des humains volontaires - qui vénèrent les vampires - leur offrent leur vie. Liam Mulkerrin invoque parfois des penanggalan (vampires malais) ou bien des bean sidhe (vampires d'Irlande et d'Ecosse, apparentés aux banshee).

Les flash-backs dynamisent le récit et permettent aux lecteurs de découvrir les motivations des personnages importants. Cette idée de conditionnement des vampires par l'Eglise est tout à fait géniale. Les chapitres se succèdent sans aucun temps mort. Les scènes gores et sexuelles étant nombreuses, ce roman est à réserver aux adultes.