Dracula


Film fantastico-romantique

John Badham

1979

Frank Langella, Laurence Olivier,
Donald Pleasence


Un bateau échoue sur les côtes anglaises à Whitby. Le seul survivant est un étranger, le Comte Dracula. Il est secouru par la jeune Mina Van Helsing en visite chez son amie, Lucy Seward. Dracula est venu prendre possession de sa nouvelle propriété, l'Abbaye de Carfax.


Ce film est basé sur la pièce de théâtre " Dracula " d'Hamilton Deane, jouée à Broadway (Frank Langella a incarné Dracula à Brodway pendant un an). Dans cette version, c'est Dracula qui vient à Jonathan Harker en Angleterre. La propriété de Carfax ressemble à un château des Carpates. Langella s'est démarqué des interprétations précédentes de Lugosi ou Lee qui incarnaient un Dracula menaçant. Il a souhaité toucher le public féminin avec un vampire moins démonstratif mais plus attractif. Langella a fait un gros travail sur le jeu de ses mains et sur le choix de ses costumes. Tout comme Bela Lugosi, Langella a choisi de ne jamais apparaître à l'écran avec des crocs de vampire. Le film a eu un succès mitigé. Le public n'a pas adhéré à la nature romantique de ce vampire après avoir vu le parodique " Le vampire de ces dames ", sorti la même année.

Donald Pleasance a joué dans " Le club des monstres " en 1981 ainsi que dans " Nosferatu à Venise " en 1988.


Le Comte Dracula peut se transformer en brume, en loup ou en chauve-souris. Ayant la faculté de commander aux chevaux, il se passe de cocher. Il doit se reposer sur une couche de sa terre natale. Il possède des dons d'hypnose et de télékinésie. Le vampire n'a aucun mal à escalader et à s'accrocher aux murs. Il craint le soleil et l'ail mais il est insensible aux blessures par balle. Le Professeur Van Helsing utilise un cheval blanc pour localiser la tombe d'un vampire. Il sait aussi que les vampires n'ont pas de reflet (ils se reflètent tout de même dans l'eau bénite). Le Comte Dracula déclare être le roi de son espèce. Les nouveaux-nés vampires ne peuvent pas cacher leur nature monstrueuse (crocs apparents, visage cadavérique, yeux inhumains). Le Comte, lui, peut paraître humain et attirant.

Les nombreuses différences par rapport au roman de Stoker sont rafraîchissantes. J'ai apprécié ces changements qui changent d'une énième adaptation classique du roman original. Langella incarne un Dracula plein d'assurance et joue la carte de la sensualité, paraissant plus " humain ". Les décors et les costumes sont de grande qualité. Le personnage de Lucy, jeune femme moderne et dynamique, apporte également une touche intéressante au récit.


Dracula

Club des monstres, le

Les acteurs célèbres
Universal Pictures
90 ans de cinéma vampirique

Les vampires à l'eau de rose