Le journal d'Edwin Underhill
(The journal of Edwin Underhill)

Roman d'horreur

Peter Tonkin

1981

J'ai Lu


Edwin Underhill est un nouveau professeur dans un petit village. Il est rejeté des groupes déjà établis mais il voue une profonde affection à la fille du révérend. Un soir où il a été humilié lors d'une fête, il s'empale la main sur un pieu sortant du sol. Peu de temps après il commence à ressentir une présence oppressante et glacée. La nuit, il aperçoit des yeux rouges sans iris, une puanteur terrible le plonge dans une terreur absolue… Edwin Underhill écrit
son journal au fil des jours.

Les vampires ont besoin d'une invitation pour pouvoir entrer dans un lieu privé. Ils possèdent des yeux rouges, des griffes, des crocs acérés, des oreilles pointues sans lobes ainsi que des paumes velues. Etant non-morts, ils n'ont plus de pouls, n'ont plus besoin de respirer et ne ressentent plus le froid. Ils se complaisent dans les ténèbres où ils peuvent se dissimuler parfaitement et fuient la lumière du soleil. Durant la journée, ils sont conscients mais paralysés. Ils se reposent dans des cercueils tapissés d'une couche de terre. Les crucifix, les prières, l'argent et l'eau les maintiennent à distance. Ils ont une aversion pour les miroirs car ils ne s'y reflètent plus. Les vampires ont un énorme pouvoir hypnotique qui leur permet de contrôler les esprits des mortels. Ils ont la capacité de percevoir les émotions des humains et des dons de télékinésie. Leur corps est plus endurant, rapide et agile que la normale et leurs sens plus développés. Ils pleurent des larmes de sang. Leur toucher flétri la végétation aux alentours. La Comtesse Stana Etain Issykkoul, aussi appelée la Morte, se nourrit de la terreur de ses victimes. Au 16ème siècle, elle avait été accusée de sorcellerie et de vampirisme. Elle fut pendue, sa tête et ses membres tranchés furent cloués au cercueil. Ses restes, entourés de tresses d'ail, furent pour finir enterrés à une croisée de chemins. Son esprit et son essence ont été ravivés par le sang d'Edwin Underhill qui, après si être blessé, avait par inadvertance ôté le pieu plongé dans son cœur. Stana peut insuffler une peur terrible à ses proies, et leur rend visite dans leurs rêves. Les vampires ne ressentent que des émotions extrêmes comme la rage, le vice, la colère ou la souffrance. Grâce à des échanges de sang, Stana voit et ressent ce que ses fidèles vivent, quelles que soient les distances. Les vampires communiquent entre eux par télépathie. Stana arrive à réveiller les morts et à s'en faire obéir.

Ce roman relate parfaitement la transformation d'un humain en vampire. Certains passages sont un peu longs mais l'ambiance horrifique du récit reste soutenue. La mythologie, tout à fait classique, est très riche. Les scènes gores plairont aux amateurs de romans d'horreur. Les vampires abordés ici sont parfaitement malfaisants et n'ont rien de romantique !