Là où vivent les morts



Roman poétique tout public

Marie Hélène Delval

1999

Flammarion


Le Comte Guillaume de l'Hermitière est un vampire âgé de 200 ans. Il vient de sortir d'un long sommeil et hante son village natal, en se nourrissant de quelques animaux domestiques. Une nuit, ne pouvant restreindre sa soif, il s'en prend à une jeune fille du village.

Le Comte de l'Hermitière a la faculté de pouvoir se dématérialiser pour traverser les murs et la grille de son caveau. Les vampires ne sortent pas durant la journée car la lumière leur est fatale. Ils peuvent également être détruits par un pieu enfoncé dans le cœur. Ce sont des créatures maudites qui ne ressentent plus qu'une soif de sang inextinguible. Ils peuvent se déplacer sans aucun bruit et possèdent des crocs ainsi que des griffes. Les vampires n'ont plus de reflet. Les victimes humaines ressentent un froid glacial lorsqu'elles sont attaquées par un vampire. Une fois vidées de leur sang, elles se relèvent en l'état de non-mort. Les vampires éprouvent une attirance particulière pour les êtres de leur espèce. Le Comte de l'Hermitière rencontre une de ses semblables qui semble ne pas devoir se nourrir de sang mais de sentiments. Cette vampire peut créer des illusions et affecter son environnement.

L'auteur nous propose une réflexion sur l'état de vampire : des êtres qui ne sont plus vivants mais pas non plus morts. Le Comte vampire souffre de cet état de fait. Le style du récit est poétique ce qui donne une étrange atmosphère a l'ambiance générale du roman.