Shambleau



Nouvelle de science-fiction

Catherine L Moore

1953

J'ai lu


Northwest Smith, aventurier et contrebandier spatial aguerri, assiste à un spectacle étrange sur la place d'un marché. Une créature qui semble féminine est prise en chasse par une foule remplie de colère et d'horreur. Quand la créature se blottit à ses pieds, Smith n'a plus d'autre choix que de la protéger. Il ne comprend pas la réaction de la foule et, quand il annonce que cette fille lui appartient, la perplexité puis le dégoût font place à la colère.

Henry Kuttner, qui fut l'époux de Catherine L Moore, rédigea la nouvelle vampirique " Dans ma solitude " en 1937.


Les shambleau sont chassées et détruites par les habitants de toutes les planètes car celui qui tombe sous leur pouvoir est voué à la mort. Elles ont un corps de femme mais leur aspect est différent. Leur peau est proche du rouge et leurs yeux sont verts avec des pupilles félines. Elles voient dans le noir comme en plein jour et peuvent prendre le contrôle de l'esprit de leur proie. Dépourvues de cils et de sourcils, elles possèdent en revanche seize doigts se terminant par des griffes rétractables. Les shambleau peuvent parler avec quelques difficultés d'articulation. Elles ne mangent aucune nourriture : c'est avec leur chevelure rouge (qu'elles prennent soin de cacher), ressemblant à un amas de gros vers doué d'une vie propre, qu'elles tirent leur subsistance. Les victimes qu'elles enlacent perdent vite toute notion du temps pour devenir des corps sans âme, perdus dans une extase hors normes. Elles se nourrissent alors des forces vitales des hommes et augmentent ainsi considérablement leur pouvoir et leurs connaissances. Leur race est ancestrale et leur origine est méconnue.

Même dans le futur, les légendes perdurent. Cette shambleau, sorte de vampire psychique plongée dans un monde de science fiction, est d'autant plus mystérieuse. L'auteur réussit à nous faire ressentir les sensations de son héros : un mélange d'attirance et de profonde répulsion pour cette créature à la fois sensuelle et monstrueuse.


Dans ma solitude