Dracula


Film en N&B d'horreur

Tod Browning

1931

Bela Lugosi, Dwight Frye


Renfield, un notaire anglais, se rend en Transylvanie pour conclure une vente. Il arrive dans un petit village typique où les villageois se signent lorsqu'il annonce qu'il doit se rendre au château Dracula. L'un d'eux lui déclare que Dracula et ses femmes sont des vampires qui sucent le sang des vivants une fois la nuit tombée. Renfield est conduit au château par le cocher de Dracula qui disparaît en cours de route, semblant voir été remplacé par une chauve-souris qui dirige les chevaux. Après avoir consulté l'acte de vente, Dracula annonce qu'ils partiront le lendemain en bateau pour l'Angleterre. Lui ayant fait boire du vin drogué, Dracula se penche pour s'abreuver au cou de Renfield…

Le rôle-titre devait être attribué à l'acteur Lon Chaney, mais il mourut en 1930. Il fut remplacé par l'acteur hongrois Bela Lugosi, qui incarnait déjà Dracula au théâtre depuis 1927. Il désirait tellement interpréter Dracula à l'écran, qu'il accepta un salaire de misère pour le rôle ! Les budgets étant assez serrés (après la grande dépression aux USA), les studios choisirent d'adapter la pièce de théâtre d'Hamilton Dean plutôt que le roman de Bram Stoker. On remarque ainsi des différences avec le roman original (Harker ne se rend jamais en Transylvanie, Mina est la fille du Dr Seward, ils font la connaissance de Dracula au théâtre). Les studios Universal Pictures voulant toucher le public latino, tourna en même temps une version espagnole : l'équipe espagnole jouait de nuit les mêmes scènes dans les décors identiques, après le départ de l'équipe américaine ! Les décors, particulièrement réussis (l'intérieur utilisé pour le château de Dracula est le même que celui pour l'Abbaye de Carfax) furent ensuite largement réutilisés par les studios Universal. Le réalisateur Tod Browning était connu pour ses films muets ; dans celui-ci de nombreuses séquences sont d'ailleurs sans paroles.

Bela Lugosi interprète un vampire classique : un noble venu d'une contrée lointaine à l'accent prononcé, en costume et cape. Il utilise constamment son pouvoir hypnotique (transcrits à l'écran par un éclairage dirigé sur les yeux écarquillés de l'acteur). Dans ce film, le vampire n'a pas de crocs (on ne voit pas les morsures non plus) ni de reflet. Il peut se transformer en chauve-souris, en loup ou en brume. Il craint la croix, la lumière du jour et l'aconit.

Les premiers avertissements des villageois sont plus que clairs : tout le mystère entourant le comte Dracula est résolu, avant même qu'on l'aperçoive ! C'est une entrée en matière complètement déroutante ! La séquence où Dracula gravit l'escalier de sa demeure et passe au travers d'une toile d'araignée géante sans la déchirer est originale et mémorable. L'acteur Dwight Frye interprète magistralement Renfield, on le voit sombrer dans la démence et dans la sauvagerie (il a l'air assez bizarre même au tout début du film !). J'apprécie les décors en ruine qui sont grandioses et contribuent à l'ambiance inquiétante du film. Par contre je suis moins sensible aux chauves-souris, dont on aperçoit les fils ! Bela Lugosi est assez charismatique, même si je le trouve un peu trop figé par moments.


Dracula
Dracula (Melford)

Bela Lugosi (1)
Bela Lugosi (2)

Les acteurs célèbres
Bela Lugosi

Universal Pictures
90 ans de cinéma vampirique