Dracula prince des ténèbres
(Dracula prince of darkness)


Film d'horreur

Terence Fisher

1966

Christopher Lee, Barbara Shelley


Au 19eme siècle, deux couples anglais partent faire de l'alpinisme dans les Carpates. Dans une auberge, ils rencontrent le prêtre Sandor qui leur déconseille vivement de s'approcher du château voisin. Le lendemain, les quatre anglais sont hélas abandonnés par leur cocher, qui refuse de s'aventurer plus loin à la tombée de la nuit.


C'est le deuxième film des studios de production Hammer basé sur le personnage de Dracula et interprété par Christopher Lee. Le premier, " le cauchemar de Dracula " date de 1958. Certaines scènes et personnages sont des adaptations du roman " Dracula " de Bram Stoker, comme le personnage de Ludwig (véritable alter-ego de Renfield), l'arrivée du fiacre de Dracula ou encore la mise à mort d'une femme vampire. Christopher Lee et Terence Fisher, ayant trouvé les dialogues de Dracula pitoyables, choisirent de ne pas le faire parler du tout ! A noter qu'il n'apparaît d'ailleurs que vers la moitié du film. Cela s'explique par le fait que Christopher Lee avait exigé d'être payé par jour de tournage… Le scénario du film avait alors été remanié pour limiter ses apparitions à l'écran !

Jimmy Sangster était le scénariste vedette de la Hammer Films. Il avait notamment rédigé les scénarios des films de 1958 " Le cauchemar de Dracula " et " Le sang du vampire ". Il avait également réalisé le film " Lust for a vampire " en 1971. L'actrice Barbara Shelley joua dans " Le sang du vampire ".


Le Comte Dracula a été détruit (dans le premier film !) dix ans auparavant. Son serviteur humain, le fidèle Klove avait conservé précieusement ses cendres. Grâce au sang d'une victime, il peut ressusciter son maître. Le Comte Dracula, aux yeux injectés de sang, a les principales faiblesses et les forces du vampire " classique " de films d'horreur : il contrôle les animaux (les chevaux de son fiacre ne sont pas guidés par un cocher), hypnotise ses victimes, craint la croix, doit se reposer dans son cercueil, est détruit par la lumière du soleil ou par un pieu dans le cœur, est plus fort que les humains, et possède des crocs acérés…

Le rythme est très lent mais ce n'est pas du tout désagréable. On se laisse impressionner par les décors et les costumes, toujours réussis, de la Hammer. La scène du sacrifice est particulièrement choquante et spectaculaire, surtout pour un film de cette époque : un des anglais se fait poignarder, pendre par les pieds puis égorger ! Le personnage du prêtre Sandor est plutôt surprenant : il considère les villageois comme stupides, superstitieux et arriérés mais il croit pourtant lui-même en l'existence des vampires puisqu'il en a déjà rencontrés et détruits ! La destruction du vampire par l'eau vive est originale. Par contre, les scènes de " combat " contre le vampire sont totalement dépassées et de ce fait peu convaincantes. La musique aux airs puissants est plus inquiétante que le faciès de Christopher Lee.


Cauchemar de Dracula, le
Cicatrices de Dracula, les
Crypte du vampire, la
Dracula 73
Dracula et les femmes
Dracula vit toujours à Londres
Lust for a vampire
Maîtresses de Dracula, les

Messe pour Dracula, une
Nuits de Dracula, les
Sang du vampire, le

Christopher Lee
Le studio de la Hammer