Le bal des vampires
(The fearless vampires killers)


Film parodique

Roman Polanski

1967

Roman Polanski, Sharon Tate


Le professeur Abronsius et son assistant Alfred partent en Transylvanie subcarpatique sur les traces des vampires. Ils s'installent dans une auberge typique où Alfred tombe amoureux de la fille du tenancier. Celle-ci est soudainement enlevée en pleine nuit. Les deux compères se rendent au château du Comte Von Krolock pour enquêter sur les nombreuses disparitions du village...

Roman Polanski dirigea la mise en scène de l'adaptation du film en comédie musicale dès 1997. En 2014, le musical "Le bal des vampires" débuta en France.


Les vampires se distinguent par leur teint particulièrement livide, leur peau glacée et leurs canines pointues. Etant immortels, ils portent souvent des tenues démodées et poussiéreuses. Les vampires ne se reflètent pas dans les miroirs. Ils sont capables de léviter. Les villageois se protègent des vampires en disposant des gousses d'ail aux portes et aux fenêtres. Dans sa mallette de chasseur de vampires, le professeur Abronsius dispose de croix, de pieux et d'un énorme maillet. Les vampires ne supportent ni le soleil ni les objets religieux (uniquement ceux rappelant leur croyance de leur vivant).

Durant la journée, Koukol, le serviteur humain du Comte Von Krolock, monte la gare devant la crypte de ses maîtres. Le Comte et son fils Herbert se reposent dans leur cercueil à l'abri de la lumière. Les vampires ont pour habitude de conserver leurs proies vivantes le plus longtemps possible afin de savourer leur sang. Le Comte Von Krolock et ses semblables sont des adeptes de Lucifer. Lors de leur bal annuel, ils célèbrent Lucifer et partagent un festin. Les victimes des vampires, vidées de leur sang, se transformeront à leur tour.


" Le bal des vampires " est une parodie des films vampiriques qui ne tombe pas dans la comédie facile. Les spectateurs sont rapidement plongés dans une ambiance mystérieuse mais toujours sympathique. La musique est en symbiose avec les paysages de conte de fée et les personnages de cette Transylvanie fantastique. On peut noter l'originalité du fils du Comte qui a des penchants homosexuels et la formidable interprétation du professeur Abronsius, savant excentrique totalement déconnecté de la réalité. Polanski a créé un univers rappelant celui des films de la Hammer et il aime se moquer de ces clichés (personnages caricaturaux, situations cocasses, poursuites effrénées, superstitions de tout genre...). Le réalisateur reprend des situations typiques de films d'horreur et y ajoute des scènes excellentes (l'enlèvement de Sarah, le bal des vampires, la course d'Alfred sur le balcon, les sorties sur le toit du château, le bossu et les loups, les excursions à ski ou en traîneau...). La fin est tout à fait surprenante.

Bal des vampires, le

Les acteurs célèbres
Oeuvres conseillées pour les débutants
90 ans de cinéma vampirique