Les exécuteurs

Une nouvelle d'action
par Mordue de Vampires

 

2344 : la Terre est devenue stérile après maints affrontements atomiques et bactériologiques. Les puissances en place se sont effondrées les unes après les autres, laissant les populations démunies. Victimes d'épidémies, de famines ou de mutations, les masses n'ont cessé de diminuer. Depuis une trentaine d'années, la réorganisation des survivants est encadrée par de riches familles. Leurs forces armées veillent à la survie et au lent développement d'agglomérations de baraquements. Avec la disparition de la civilisation, les échanges entre ces agglomérations sont limités. Les zones franches sont infestées de mutants n'ayant plus rien d'humains. Afin d'assurer la sécurité, des commandos d'élite ont été spécialement entraînés. Chaque ville est indépendante et possède ses propres méthodes de formation. La ville la plus étendue et la plus prospère est City One. Voici le rapport commenté d'un des soldats de l'unité LV426, sous le commandement de Salvation City. Le soldat LV1 Vasquez a transmis ce rapport au haut commandement de City One.


Extrait n° 1

Rapport du membre LV1 Vasquez

- Base LV426 appelle l'unité en place, répondez… Base LV426 appelle l'unité en place, répondez…

- Ok, base LV426, on vous entend. Ici LV1 Vasquez au rapport. Nous avons pris nos positions.

- Base LV426 à unité en place pour rappel de l'opération. Vous devez rétablir la connexion électrique alpha en marge de Salvation City. Position 680X27Y.

- Ok, base LV426, nous confirmons notre position. Transmission radio et enregistrement ok. Chef d'unité LV1 Vasquez affirmatif.

- Base LV426 à LV1 Vasquez, confirmez la position de vos hommes.

- Ok… LV1 Vasquez à l'est du point alpha, en position de couverture. Champ de vision et contrôle normal… LV2 à LV6 confirmez vos positions et actions.

- LV2 Drake à l'ouest du point alpha, en position de couverture… Idem pour moi, terminé.

- LV3 Apone au sud du point alpha, en position de renfort. Champ de vision ok, LV4 en visu, terminé.

- LV4 Dietrich au sud du point alpha, 50 mètres, en attente d'intervention, terminé.

- LV5 Spunkmeyer au nord du point Alpha, 30 mètres, en attente d'intervention, terminé.

- LV6 Gorman au nord du point Alpha, en position de renfort. Champ de vision ok, LV5 en visu, terminé.

- Base LV426 à unité en place… On vous rappelle que cette zone est sous contrôle des vampires, vérifiez vos armements et prenez les pilules B6.

- LV1 Vasquez au rapport. Arbalètes à UV fonctionnelles.

- Base LV426 au chef d'unité LV1 Vasquez, c'est à vous maintenant. On ne peut plus assurer la connexion, vous passez en enregistrement différé. Bonne chance. Fin de la communication.

- Salut bande de bouffons ! Heureusement qu'ils sont là pour nous rappeler ce qu'on doit faire !

- Drake, arrête de te plaindre, tu sais comment ils sont ! C'est toi qui effaceras la bande pour le rapport si tu dis des saletés.

Le 05 avril à 22h35, notre unité s'était déployée selon les consignes reçues pour une mission dite de routine. J'avais sous mes ordres mon groupe habituel. Drake et moi étions les forces brutes de l'unité, formés spécialement au combat contre tous types d'ennemis connus : vampires, zombies ou vermines. Nous assurions la sécurité des deux membres techniques, Dietrich et Spunkmeyer. Apone et Gorman, ayant suivi une formation médicale, intervenaient en renfort. Nous étions à une dizaine de kms de Salvation City et n'avions rencontré aucun obstacle sur le parcours. Notre unité était réputée pour ses exploits contre les vampires. Créé depuis cinq ans, notre groupe a pu réfréner les attaques de vampires contre nos baraquements. Notre cellule scientifique avait mis au point différentes substances qui nous permettaient de rivaliser avec les monstres. Les fameuses pilules B6 étaient à prendre avant chaque mission. Elles augmentaient considérablement nos réflexes. Combinées avec des amphétamines, notre corps devenait quasiment aussi fort et robuste que celui d'un vampire. Chaque soldat était équipé d'une armure renforcée intégrale et de lunettes à infrarouge. Un acier spécial protégeait les parties sensibles aux morsures, comme le cou et les poignets.

- Vasquez, t'es qu'une bouffonne toi aussi ! Tu déconnes autant que nous.

- Et, oui, mon p'tit Drake… mais moi je le fais avec grâce ! Je sais me tenir.

- Laisse-moi rigoler ! T'es une vraie brute, et c'est pour ça que tu m'plais !

Habitués à bosser ensemble depuis des années, Drake et moi n'arrêtions pas de nous charrier mais, malgré une attitude décontractée et des propos désinvoltes, notre boulot était toujours impeccable. Drake a toujours eu du mal à se plier aux autorités. Il faut dire que l'ambiance était de plus en plus tendue entre notre unité et la cellule scientifique. Depuis quelques temps, Gorman avait remarqué des effets secondaires à la prise des pilules B6. Il en a référé à nos supérieurs mais nous n'avions reçu aucune information en retour. On a pris ça sur le compte de leur paresse, on pensait que ces glandus planqués ne devaient pas vraiment s'activer. On a - par la suite - compris pourquoi… Mais revenons à la mission.

Spunkmeyer s'était mise en route pour atteindre le point alpha. Nous avancions tous en parallèle, en même temps qu'elle, pour assurer la couverture. Arrivée au point Alpha, en attendant Dietrich, elle a commencé à entrer les codes de déverrouillage des boitiers électriques afin d'accéder aux branchements. Spunkmeyer nous a annoncé que la procédure était normale et qu'il n'y aurait pas de retard. Elle a ensuite travaillé avec Dietrich. Drake, Apone, Gorman et moi nous sommes postés en surveillance fixe.

- Hey, Spunk, tu peux activer, on s'les gèle ici !

- Attends encore, je viendrai bientôt te réchauffer Apone… On a presque finit…

- Mouvement détecté en 680X33Y. Tous en alerte. Je vais en reconnaissance.

- Ok, Gorman, je viens avec toi. Les autres, gardez vos positions.

J'ai rejoins Gorman et nous sommes allés en patrouille de reconnaissance.

- Gorman, j'ai trois formes détectées au point annoncé et toi ?

- Affirmatif. Idem sur mon détecteur. Niveau de chaleur 0,52. A priori trois vampires en approche.

- Exact. Je prends à gauche.

- Ok Vasquez, je prends à droite.

L'environnement désertique n'offrait aucune planque possible à nos ennemis. Nous choisîmes un poste fixe avantageux pour tenir notre position. Les yeux fixés sur nos écrans de contrôle portables, nous étudions l'avancée des vampires. Les trois formes détectées évoluaient en ligne droite et se dirigeaient directement vers le point Alpha. A une telle distance, les vampires n'avaient aucun moyen de nous détecter. Ce point me turlupinait. Leurs sens sont développés mais limités sur une zone donnée. Les vampires, à la différence des autres monstres des zones franches sont intelligents et plus ou moins organisés. Certaines rumeurs laissent même penser qu'ils possédaient leurs propres villes.

- LV1 Vasquez à tous les membres de l'unité. Ennemis en visu dans deux minutes. J'entame le contact. Branchement du micro effectué… Unité humaine LV426 sous commandement de Salvation City aux trois formes en approche. Stoppez et identifiez-vous immédiatement sous peine de tir à vue. A vous… Deuxième et dernière sommation, Unité humaine LV426 aux trois formes en approche, stoppez et identifiez-vous immédiatement sous peine de tir à vue.

Nous n'avons observé aucune réaction de la part des trois vampires. Suivant nos consignes de combat, nous ouvrîmes alors le feu. Les tirs lumineux de nos arbalètes à UV déchirèrent la nuit.


Extrait n° 2

Rapport du membre LV1 Vasquez

Je me suis concentrée sur mes deux cibles prioritaires. Gorman s'est chargé du troisième vampire plus en retrait. Nous avions enclenché le système de rafale automatique. Les tirs se succédaient dans un silence absolu. Quand on combat des monstres aux capacités supérieures, il est vital de ne pas se faire repérer et d'agir en premier.

- Vasquez, qu'est-ce que tu fous ?

- J'essaye de les dégommer mais ils reculent sans arrêt !

La réaction des vampires était étonnante. En temps normal, ces créatures ne laissaient aucune marge de manœuvre à leurs ennemis. Habiles et féroces, les vampires préfèrent le combat au corps à corps. Leurs crocs sont de véritables armes de destruction. Associés à une vitesse surhumaine, leurs attaques ne peuvent être contrées efficacement qu'à distance. Bondissant et changeant sans cesse de trajectoire, les vampires esquivaient nos tirs. Ils évoluaient avec facilité dans la nuit noire, les yeux fixés sur nos armes. Les tirs lumineux éclairaient par intermittence leurs visages pales et figés.

- C'est pas normal tout ça… Gorman, je te couvre, fais un check-up des alentours.

- Ok, je fais au plus vite.

Un des vampires n'était plus en vue. Les deux autres gardaient la même tactique. Je décidais de ne pas les suivre s'ils continuaient à refluer devant mes rafales. Finalement, mes ennemis étant hors de portée, je cessais le tir. Gorman s'écria soudain :

- Bordel, je détecte du mouvement en 678X20Y ! De l'autre côté de notre position… Ca grouille de partout ! Des vampires… Ils arrivent par dizaines, droit sur nos potes !

Une sueur froide coula le long de mon dos. Nous nous étions fait piéger comme des débutants. Mais qui aurait pu prévoir cette embuscade ? Après avoir alerté nos coéquipiers, nous prîmes dare-dare le chemin du retour. Nos deux derniers adversaires avaient disparus dans la nuit. Des bruits de combat nous parvenaient dans l'écouteur. Nous comprîmes rapidement, la peur au ventre, que notre unité était submergée. Arrivés au point Alpha, le spectacle nous pris de court. Apone, Dietrich, Spunkmeyer étaient à terre, seul Drake faisait encore face à la horde de vampires.

- Quitte à jouer notre dernière carte, autant le faire avec brio…

- Qui te dit que nous allons tirer notre dernière carte, Gorman ? Je ne baisserai jamais les bras. Allons-y !

Mes paroles optimistes n'étaient que du flan. Je ressentais la peur dans les moindres parties de mon être, et ma raison me poussait à fuir, loin de ce carnage. Mais lorsque je posais une nouvelle fois les yeux sur Drake, ma peur disparut pour laisser la place à la rage. Attaquer nos ennemis dans le dos était la tactique de la dernière chance. Pas moins d'une trentaine de vampires nous séparait de Drake. En quelques secondes, je donnais mes instructions par signes à Gorman et nous nous lançâmes dans la mêlée.

Les deux premiers vampires furent transpercés par nos tirs. Visés à l'arrière du crâne, l'impact fut décisif. Nous enchainâmes ensuite les cibles, touchant la tête ou la poitrine pour leur faire un maximum de dégâts. Notre attaque surprise les déstabilisa pendant un moment, mais leur surnombre ne jouait pas en notre faveur. Comment résister à leur contre-attaque ? Jamais nous n'avions eu à affronter un tel nombre de vampires.

Gorman fut désarmé par un coup violent et rapidement submergé par ses ennemis. Encerclée par les vampires, je ne pensais plus qu'à garder le doigt sur la détente. Plusieurs images défilèrent alors dans ma tête. Ca n'annonçait rien de bon… Ne dit-on pas qu'au seuil de la mort, notre vie défile sous nos yeux ?

La proximité de mes adversaires rendait désormais impossible l'utilisation de mon arme. C'était vraiment rageant car leur nombre s'était considérablement réduit. Je balançais deux coups consécutifs dans la tête qui me faisait face. La joue émaciée se fendit, libérant une substance noirâtre. J'abandonnais mon arbalète, désormais inutile, et tirais le long poignard d'argent dissimulé dans une de mes bottes. Ce cadeau de Drake n'était pas une arme autorisée par notre commandement, mais je savais qu'elle était efficace : l'argent causait de graves brûlures aux vampires. Ma lame s'enfonça dans une poitrine, provocant un grognement de douleur. Une fumée acre ne tarda pas à s'échapper de la blessure. Brusquement, je me suis sentie partir en arrière. Un bruit me parvint aux oreilles… mon tour de cou venait d'être arraché. Sans protection, ma gorge allait être déchiquetée. Une bouche avide se colla contre mon cou. Les crocs qui percèrent ma peau créèrent une douleur fulgurante et m'arrachèrent un cri. Je n'avais pas relâché mon poignard et le plantais, un peu à l'aveuglette, dans le corps de mon agresseur. Le coup porté eut de l'effet car la pression de la bouche diminua. Malheureusement, c'est à ce moment là que je perdis connaissance.


Extrait n° 3

Rapport du membre LV1 Vasquez

- Allez la belle au bois dormant, réveille-toi… Vasquez, tu m'entends ?

- Quoi ? Drake ?

- C'est déjà ça, tu reconnais ma voix… Maintenant, ouvres les yeux.

- Ok, laisse-moi une minute…

Je sentais le sol caillouteux sous mes paumes, la sueur sous ma combinaison, une vague douleur sur le côté gauche de mon cou. Ces foutus vampires ne m'avaient finalement pas envoyée ad patres. Je me suis alors assise pour évaluer les dégâts. Notre unité était décimée, il ne restait plus que Drake et moi.

- Ils t'ont salement amochée. Un peu plus et ils t'auraient vidée. Tu n'as pas bu leur sang ?

- Non.

Heureusement pour moi, je n'avais pas avalé une goutte de leur sang. Même mordue, je ne me transformerai pas en vampire : il faut un échange de sang pour que la transformation s'effectue. Drake m'expliqua qu'il avait réussi à tuer ses adversaires, mettant ensuite les miens en déroute. Nous nous recueillîmes un instant auprès de nos compagnons, la tête remplie de souvenirs. Devant cette situation exceptionnelle, nous décidâmes de fouiller minutieusement les corps des vampires. Cette tache n'était pas agréable, mais nous nous y mîmes dans l'espoir de trouver une explication à cette embuscade.

Les vampires portaient des tenues de cuir noir, ornées de différents badges qui devaient correspondre à des grades. Contrairement aux idées reçues, ces créatures ne sont pas immortelles. Lorsque leur tête ou leur poitrine sont endommagées, leur capacité de régénération ne fonctionne plus. J'observais les cadavres allongés à mes pieds et ressentis une étrange tristesse, comme si je venais de perdre un être cher. Secouant la tête, je rejetais cette idée absurde. Ces vampires morts n'étaient rien pour moi, alors pourquoi les pleurer ?

- J'ai trouvé quelque chose ici ! Regardes Vasquez, il y a un carnet dans la veste de ce vampire.

- Intéressant, qu'est-ce que ça dit ?

- On dirait que les vampires rédigent des rapports complets sur leurs expéditions. Ce sont les comptes rendus détaillés de leurs patrouilles… Et ben, ils en parcourent des kilomètres !

- Ca peut nous être utile comme on ne connaît pas du tout les zones dont ils parlent. Ca a l'air de craindre un max !

Les vampires évoquaient des chiens enragés qui attaquent en meute ou encore des sortes de zombies, lents mais redoutables par le nombre. Des bandes d'humains dégénérés sillonnent les routes encore praticables dans des convois motorisés, pillant et détruisant tout ce qu'ils peuvent trouver. Les vampires, quant à eux, habitent des villes souterraines qui semblent extrêmement bien organisées. A la moitié du carnet, les rapports mentionnaient notre unité et surtout la cellule scientifique de Salvation City.

Ils nous avaient vendus… donnés en pâture aux vampires pour assurer une alliance. Ce piège avait été programmé par nos supérieurs ! Mais le pire restait encore à lire : notre unité n'avait été qu'une expérience ! Drake, le visage crispé, s'exclama :

- Tu lis ce que je lis ?

- Les pilules B6 qu'on nous donnait contiennent en fait… du sang de vampire !

- Ca veut dire qu'avec ta morsure…

- Oui, je risque de me transformer !

Le monde venait tout d'un coup de s'écrouler. Pendant cinq ans, on nous avait utilisés sans le moindre remord. Afin de gagner les faveurs des vampires, notre unité avait été purement sacrifiée. Ce choix avantageait les deux parties : nos supérieurs n'avaient plus à s'expliquer sur leurs expériences et les vampires pouvaient nous transformer ou bien se débarrasser de nous. La suite du carnet détaillait les conversations échangées avec Salvation City et l'embuscade de cette nuit.

- Bien… On dirait que tu ne vas pas tarder à changer de camp Vasquez… Et moi, je ne sais plus où j'en suis…

- Quoi ? Tu crois vraiment que je vais désormais me plier aux ordres des vampires ? J'ai toujours toute ma tête et je ne compte plus obéir à quiconque !

- Alors, qu'est-ce que tu décides, chef ?

- Je pense qu'il faut régler nos comptes avec les salauds qui nous ont vendus. Tous nos camarades sont morts par leur faute, je ne leur pardonnerai jamais ! Après… advienne que pourra…

- Ok, je te suis.

Vu l'heure tardive, nous décidâmes de rester pour enterrer nos morts puis de nous reposer jusqu'au lever du jour. Pendant que nous nous occupions de nos compagnons, je remarquai des changements significatifs de mes perceptions. Même sans mes lunettes à infrarouges, je distinguais les moindres détails à l'horizon. Je n'avais aucun mal à creuser le sol ou à porter les corps dans les fosses. Une énergie nouvelle circulait dans tout mon corps. Drake ne tarda pas à le remarquer. Je lui fis part de mes découvertes.

- C'est comme un boost d'adrénaline, mais qui semble tout à fait naturel. Je sens que cela fait désormais partie de moi.

- C'est assez flippant en tout cas !

Le regard méfiant que me jeta Drake me fit mal, mais on ne pouvait pas changer le passé. J'avais peur de penser au lendemain et surtout aux changements qui allaient encore modifier mon corps. Est-ce que j'allais sauter à la gorge de Drake ? Est-ce qu'au lever du jour j'allais me réduire en cendres ? Toutes les vieilles histoires de vampires me revinrent en mémoire. Mon instinct me disait que la plupart n'étaient que de stupides légendes.

Une fois notre macabre tâche effectuée, nous quittâmes les lieux pour nous installer à un endroit plus facile à surveiller. Drake nettoya les différentes armes récupérées sur le lieu du combat. Quant à moi, je mis en marche nos détecteurs de mouvement qui nous alerteraient en cas d'attaque. L'ambiance était électrique, chacun de nous ne faisant plus confiance à l'autre. Nous espérions tout de même pouvoir nous reposer pour les évènements à venir.

- Drake, demain nous infiltrerons notre ancien quartier général. Quel que soit mon état, je ne ferai pas de cadeau à ceux qui nous ont trahis. Est-ce que tu te rends bien comptes qu'il y a aura des morts ?

- Oui, ce sera eux ou nous.

- Tu peux encore changer d'avis si tu veux…

- Non, je te suivrai, comme toujours…

En me disant ces derniers mots, il me tendit la main. Je n'eus alors aucune hésitation à la serrer, heureuse de retrouver pour un temps mon ami. Ma main était déjà plus froide que la sienne.


Extrait n° 4

Rapport du membre LV1 Vasquez

Durant la nuit, il m'a été impossible de dormir. Etais-je trop préoccupée par ma nouvelle condition pour fermer l'œil ? Ou bien les vampires sont-ils incapables de se reposer la nuit venue ? Quoiqu'il en soit, le soleil n'allait pas tarder à se lever. Je le ressentais comme une pression tout au fond de moi. Au cours des heures précédentes, j'avais longuement réfléchi à ma transformation peu conventionnelle. L'absorption régulière de sang de vampire, pendant près de cinq ans, n'avait peut-être pas fait de moi un vampire ordinaire.

- T'as faim ?

- Donne… Je vais voir si je peux avaler quelque chose.

Drake me tendis une ration avant d'entamer la sienne. A mon grand soulagement, mon corps n'avait pas rejeté la nourriture. Peu de temps après, le soleil se leva et je ne me partis pas en fumée. La lumière me faisait mal aux yeux mais restait supportable. Rapidement, nous prîmes nos affaires pour rentrer à Salvation City. Le chemin du retour se fit en silence, le cœur n'y étant pas. En repensant à nos compagnons, peu à peu, le chagrin fit place à la colère. Aux abords des baraquements, nous nous arrêtâmes pour mettre au point un plan d'infiltration. Notre cible était la cellule de commandement et le chemin le plus direct nous éviterait de rencontrer des civils innocents. Nos quartiers, ainsi que la cellule scientifique, étaient situées dans ce même bâtiment. Drake entama la discussion à voix basse :

- Comment allons-nous procéder une fois sur place ? A qui faire confiance ?

- Fions-nous à notre instinct… Notre arrivée ne passera pas inaperçue et ceux qui ne souhaitent pas nous revoir se manifesteront sans doute d'une manière ou d'une autre. Etant désormais un vampire - ou je ne sais quelle genre de mutant - je vais passer en premier.

- D'accord, les monstres d'abord !

Sur ces mots, nous nous lançâmes alors un franc sourire. Face au rictus carnassier de Drake, je me demandais lequel de nous deux était le plus dangereux. Le temps brumeux du petit matin était idéal pour couvrir notre avancée. Et puis, n'étions-nous pas les meilleurs éléments de notre force armée ? Connaissant sur le bout des doigts les allers et venues du poste de garde, ce fut une vraie partie de plaisir d'atteindre notre cible. Je remarquai qu'avec l'excitation, mes canines avaient pris du volume. Je passais plusieurs fois ma langue sur leur pointe acérée.

Drake se positionna sur le côté de la porte d'entrée de nos quartiers, prêt à intervenir. Nos armes anti-vampires n'étant d'aucune utilité, nous avions nos lames en main. Nous étions fins prêts à en découdre. J'ouvris la porte à la volée, déboulant dans la pièce, tous les sens en alerte. Hâtivement, je fis signe à Drake d'avancer. Comme nous le pensions, nos quartiers étaient déserts. Après avoir traversé notre dortoir, nous empruntâmes le couloir menant au laboratoire. Nous avions décidé de neutraliser les scientifiques présents. Je passais silencieusement par la porte entrouverte, arrivant dans le dos d'un des chercheurs. Je m'en débarrassais d'une rapide prise à la gorge, le laissant glisser doucement à mes pieds. Je fis signe à Drake de passer par la droite, tendis que je contournais la pièce centrale de l'autre côté. Cette pièce contenait les équipements principaux du labo. Les nombreuses vitres nous permirent de voir qui était actuellement à l'intérieur.

Bien… Tous ceux susceptibles de nous avoir trahis étaient là. Ayant ma petite idée en tête, je dissimulais mon arme avant de faire mon entrée dans la pièce. Les visages surpris de mes anciens collègues se tournèrent vers moi. Le Commandant de la cellule scientifique fut le premier à s'exclamer :

- Vasquez ? Comment… Nous étions sans nouvelles de votre unité…

- Oui, nous avons rencontré quelques problèmes une fois arrivés au point Alpha.

Son visage pali un peu plus lorsqu'il aperçut Drake entrer dans la salle. Le Commandant était entouré de deux agents de sécurité. Le Professeur Wilson, chargé tout spécialement du suivi des membres de l'unité LV426, nous lançait des regards fuyants. Lui aussi était accompagné de deux de ses hommes. Devant leur silence, je leur dis sur un ton vif :

- Et bien, quel accueil ! Vous semblez croire qu'on revient d'entre les morts ? C'est un peu vrai… mais vous devez le savoir, non ?

Le Professeur Wilson, trépignant sur son siège, s'adressa d'une voix désespérée à son commandant :

- Commandant, vous nous aviez affirmé qu'ils ne reviendraient pas ! Je ne veux pas perdre ma place ou, pire, être exilé de la base !

- Nous allons régler cette situation en toute discrétion. Vasquez, Drake, vous n'auriez jamais du remettre les pieds ici. Vous êtes déjà tombés dans l'oubli… Vous avez joué votre rôle de cobaye, maintenant c'est terminé !

Sur ces mots, le Professeur Wilson me lança le liquide d'une fiole sur le bras. La manche de ma combinaison commença à fumer et une douleur cuisante se propagea sur mon bras. De rage, je déchirai le tissu pendant que Drake lançait son poignard sur mon agresseur. Le Professeur Wilson poussa un cri d'agonie lorsque la lame s'enfonça en plein dans sa poitrine. Drake a toujours été le meilleur d'entre nous à ce petit jeu. Il ne manque jamais une cible, encore moins le cœur d'un ennemi à quelques mètres de distance. Je détournai rapidement les yeux du corps ensanglanté pour regarder les cloques sur ma peau. Ca devait être de l'acide pour faire des dégâts pareils ! Les yeux écarquillés, je constatais que la brûlure se résorbait. Le Commandant s'écria, horrifié :

- Putain de monstre !

- C'est vous le responsable ! Vous qui nous avez fait prendre du sang de vampires !

Devant mes crocs apparents, le Commandant dégaina son pistolet et me tira deux balles dans le ventre. L'impact me fit reculer. Plus choquée que blessée, je mis quelques secondes à m'en remettre. Les balles normales n'avaient plus aucune conséquence sérieuse sur mon corps. Un sourire aux lèvres, je fis un clin d'œil complice à Drake, avant de me jeter toutes griffes dehors sur mon ennemi. D'un geste rapide, je le désarmais pour ensuite planter mes crocs dans sa gorge. Quelle délicieuse sensation de sentir la chair se déchirer ! Mais ce n'était rien comparé au sang qui jaillit dans ma bouche… Toute à mon extase, je restai agrippée ma victime qui devenait de plus en plus faible. Ma haine me fit plonger une nouvelle fois mes crocs dans la plaie. Déchirant la veine, le sang coulait désormais à flot. Une fois repue, je relevai la tête pour me lécher les lèvres. Le Commandant ne tarderait pas à mourir : son cœur battait maintenant très lentement. En me retournant, je notais que Drake s'était débarrassé des agents et tenait en joue les deux scientifiques apeurés. Il pointa alors un pistolet sur moi, guettant ma réaction avec appréhension. Je lui annonçais d'une voix calme :

- Tu sais que cette arme ne me fera pas grand-chose ?

- Peut-être que quelques tirs dans la tête pourraient te ralentir un peu… Est-ce que tu as eu ta ration de sang ?

- Drake, tu peux jeter ton arme, je me contrôle parfaitement.

Nous côtoyant depuis des années, il lut dans mon regard la sincérité de mes paroles. Je n'étais désormais plus humaine mais je gardais ma personnalité, mes souvenirs et mon passé. La bouche encore maculée de sang, je lui emboîtais le pas pour quitter ces lieux à tout jamais.

J'aime faire mon boulot correctement et surtout terminer proprement mes missions. Voilà pourquoi je vous adresse mon dernier rapport en tant que LV1 Vasquez, anciennement en charge de l'unité LV426 de Salvation City. Vous trouverez, jointes à ce document, toutes les preuve impliquant les deux personnes précitées, mais aussi d'autres membres supérieurs de la ville. A vous de voir ce que vous comptez en faire… Ce n'est désormais plus mon problème.

 

FIN




Les chasseurs de vampires