Deux vampires folkloriques :
Arnold Paole et Peter Plogojovitz


Contexte

Depuis la fin du 17ème et jusqu'au 19ème siècle, les Balkans furent secoués par des épidémies de vampirisme. Les cas de Paole et Plogojovitz furent, à l'époque, les plus médiatisés, documentés et accrédités par des rapports officiels. Français, Allemands et Anglais étaient particulièrement friands de ces histoires de vampires et de cadavres réanimés.


Exhumation de cadavres


Le cas d'Arnold Paole

Né vers 1700 dans le village de Medvegia, au nord de Belgrade en Serbie, Paole servit dans l'armée puis retourna dans son village en 1727. Lors de son service en Turquie, il aurait été attaqué et mordu par un vampire, qu'il aurait réussi à tuer. Pour guérir sa blessure, il avait alors mangé un peu de terre de la tombe du vampire, puis avait badigeonné la morsure avec le sang de la créature. Honnête travailleur, il acquit dans son village une portion de terre. Il mourut accidentellement en tombant d'une charrette.

Trois semaines après son inhumation, quatre personnes déclarèrent l'avoir vu au grand jour. Ces témoins décédèrent mystérieusement, peu de temps après leurs déclarations. Les victimes souffraient d'anémie, de grande fatigue, de difficulté à respirer, de crises de panique et de terribles cauchemars. La population décida d'exhumer le corps d'Arnold Paole pour voir s'il était bien devenu - comme ils le craignaient - un vampire. Deux médecins militaires assistèrent à la sortie du cercueil. Ils ne détectèrent aucune trace de décomposition du corps. La peau était intacte et rougie, les ongles, la barbe et les cheveux avaient continué à pousser. Du sang maculait la chemise du défunt, ainsi que les parois du cercueil. Le corps du présumé vampire fut alors empalé. Du sang frais sortit de la blessure. La cadavre émis un son puissant, comme s'il était encore vivant. Décapité, ses restes furent par la suite incinérés. Ses quatre victimes subirent le même traitement.

En 1731, dix-sept villageois décédèrent des mêmes symptômes, pendant une période de trois mois. Cette épidémie remonta jusqu'aux autorités de Vienne. L'empereur mis en place une enquête officielle. Comment Paole avait-il pu réussir à perpétuer le vampirisme après sa destruction ? Il s'avéra que le vampire Arnold Paole avait également mordu et contaminé du bétail. Les villageois, en mangeant cette chair corrompue, furent infectés à leur tour.

Les dix-sept exhumés étaient dans le même état de non-corruption. Ils furent empalés puis brûlés. Le récit officiel fut présenté à l'empereur puis publié. Bien documenté, il connut un vif succès en Europe occidentale.


Couverture de l'étude de Michael Ranft - 1728


Le cas de Peter Plogojovitz

Peter Plogojovitz, paysan serbe, vivait au village de Kisilova. En 1725, il décéda à l'âge de 62 ans. Différentes versions présentent sa résurrection en l'état de vampire. Trois jours après son décès, il serait revenu demander ses chaussures à sa femme qui s'enfuit alors, complètement terrorisée. Dans une autre version, Plogojovitz serait revenu deux fois demander de la nourriture à son fils. Ce dernier, ayant refusé la seconde fois, fut parmi les premières victimes du vampire. Les victimes décédaient sous 24 heures. Elles proclamaient avoir été assaillies et étranglées par Plogojovitz durant la nuit.

Sous la pression des habitants, le corps de Plogojovitz fut exhumé pour rechercher des signes de vampirisme, notamment l'absence de corruption du cadavre. Le prêtre du village et un Officiel assistèrent à l'opération. La dépouille était intacte. Les cheveux, la barbe et les ongles avaient continué à pousser. Les témoins signalèrent que la peau était souple et du sang maculait les lèvres du cadavre. Lorqu'ils enfoncèrent un pieu dans la poitrine de feu-Plogojovitz, une grande quantité de sang frais sorti de la blessure mais aussi des oreilles, du nez et de la bouche. Le cadavre aurait même eu une érection ! La dépouille fut ensuite brûlée. Ce cas fut reporté dans de nombreux journaux de l'époque et contribua à l'hystérie qui entourait ces épidémies de vampirisme.


"Le vampire" - Lithographie de R de Moraine, 1864


Croyances mortuaires et superstitions

Les croyances et rituels mortuaires étaient très complexes dans les villages d'Europe orientale. La mort était taboue : on ne pouvait toucher les corps qu'en suivant des rites ancestraux. Celui qui regardait un défunt risquait de terribles malédictions. Les morts devaient être inhumés convenablement sous peine de revenir, en l'état de vampires, tourmenter les vivants.

Ces régions étaient particulièrement enclines à la superstition. Les morts violentes, les maladies et autres manifestations sortant de l'ordinaire trouvaient rapidement une explication surnaturelle. L'inquiétude des familles tournait souvent aux cauchemars, entraînant des solutions extrêmes. L'imagination s'emballant, les proches pensaient voir le défunt revenir parmi les vivants. La nuit, tout comme les cimetières, appartenait aux forces occultes.


Crâne d'un supposé vampire retrouvé en Italie en 2009


L'âge des lumières ?

Ces épidémies de vampirisme peuvent s'expliquer par la méconnaissance des populations face à la science médicale et à la décomposition des corps, ainsi que par les enterrements prématurés qui avaient souvent lieu à l'époque. Un paysan qui passait près des tombes pouvait entendre des bruits de mastication ou des sons sourds venant des cercueils. Dans la plupart des cas, ces bruits s'expliquent par le processus de décomposition des corps : les cadavres émettent des gaz. Quant aux personnes enterrées à la va-vite en période d'épidémie, elles se réveillaient épouvantées dans leur cercueil, et cherchaient bruyamment à en sortir.

Il est intéressant de noter que toutes ces croyances aux manifestations surnaturelles furent accréditées par les rapports officiels, mais aussi par des instances religieuses. Le vampirisme, à l'époque, n'avait rien de romantique ou de distrayant, mais était considéré comme une terrible réalité, tant chez le peuple que pour les autorités.


"L'inhumation précipitée" - Antoine Wiertz, 1854



Famille de vampires, une
Famille du vourdalak, la

Femme du vampire, la
Lieu incertain, un
Vampire malgré moi

Quatre vies d'Arnold Paul, les

Dissertation sur les vampires
Explorez le monde des vampires
Livre des vampires, le
Mastication des morts dans leurs tombeaux, de la
Méfiez-vous, les vampire sont partout
Monster Mania Vampires
Traité de vampirologie
Vampires : aux origines du mythe, les
Vampires ! Une histoire sanglante
Vampires : legends of the undead
Vampirisme de la légende au réel
Zombies !

La transmission du vampirisme